Pourquoi le Rassemblement décrète-t-il une ville morte le jour d’une manifestation?

0
1078
Pierre Lumbi et Félix Tshisekedi à Kinshasa

Durant une conférence de presse à Kinshasa, le leader du Rassemblement s’est joint aux forces de la Société civile qui appellent à manifester ce mercredi pour demander le départ du président Joseph Kabila.

« Nous devons faire barrage à ces individus qui deviennent dangereux pour les générations à venir. Demain le 15 novembre, le Rassemblement soutient l’appel à la ville morte lancé par les mouvements citoyens », dit-il.

Cependant, les mouvements citoyens n’ont pas lancé d’appel à la ville morte. La Lutte pour le Changement, le FILIMBI ou encore les Congolais Debout ont fait savoir qu’ils manifesteront dans les rues à travers le pays, un assemble d’actions assez différentes d’une opération ville morte.

Par ailleurs, la Dynamique de l’opposition, coalition faisant partie du Rassemblement dirigé par M. Tshisekedi, a soutenu, le samedi dernier,  l’appel des mouvements citoyens « à manifester ».

Crainte de représailles

Alors pourquoi ce changement? A la rédaction de POLITICO.CD, on y voit un signe de dédouanement de la part des autorités de l’opposition. « L’opposition fait surtout attention pour que la responsabilité liées aux conséquences des manifestations lui soit pas abusivement attribuée. Si jamais il y a appel ouvert à un soulèvement, et que cela tourne en un bain de sang, le gouvernement, y compris la Communauté internationale vont s’attaquer à l’opposition, d’où cette position un peu prudente, à mon avis« , explique Litsani Choukran, Directeur de Publication de POLITICO.CD.

Pour lui, l’autre raison, c’est aussi et surtout celle de ne pas tout miser sur un mouvement de foule qui pourrait ne pas avoir lieu. « Ainsi, dit-il, la manifestation pourrait être qualifiée d’échec par le pouvoir« .

« En annonçant une sorte de double manifestation, le Rassemblement garde la possibilité de clamer une réussite d’une manière ou d’une autre et surtout qu’elle annonce une autre manifestation le 28 novembre« , ajoute-t-il.

En effet, Félix Tshisekedi a également annoncé une « grande mobilisation » pour le 28 novembre 2017. « Nous devons réussir notre pari pour la marche du 28 novembre prochain afin de montrer à la Communauté internationale que c’est le Peuple congolais qui veut exprimer sa volonté et non subir un diktat venu d’ailleurs« , dit-il.

Cependant, le mouvement citoyen Lutte pour le Changement (LUCHA) a aussi appelé à un « assaut final » pour le même 28 novembre, demandant à la population à sortir dans la rue pour défendre la liberté et la Constitution.