Assassinat des experts de l’ONU: deux rapports se contredisent

7
919
Les deux experts de l'ONU tués dans le Kasaï

Le premier est celui du groupe des experts sur la RDC pour lequel travaillaient Zaida Catalan et Michael Sharp, signale la RFI jeudi. Il pointe notamment la responsabilité possible des forces de sécurité congolaises dans cet assassinat « prémédité » selon ses rédacteurs. Alors que le second, produit par la commission d’enquête indépendante mise en place par l’ONU, voit les choses de manière différence.

« Les deux rapports s’accordent sur un point : le double assassinat a été commis vers 16h (heure locale) le 12 mars 2017. La veille, les deux experts avaient rencontré un petit groupe de représentants de la milice des Kamuina Nsapu », explique la radio française.

« C’est suite à ce rendez-vous estiment les enquêteurs indépendants de l’ONU que Michael Sharp et Zaida Catalan avaient décidé de se rendre dans la localité de Bukonde. Mais à 10 kilomètres de leur destination finale, des coups de feu auraient été tirés dans leur direction et leur chauffeur blessé. Les deux experts auraient été assassinés peu de temps après« , ajoute la RFI.

Sur deux pages,poursuit-elle, le groupe des experts décrit cet assassinat sous la forme d’un guet-apens, prémédité selon eux, et évoque comme coupable un groupe hétéroclite d’individus qui aurait pu compter des éléments des forces de sécurité écrivent-il.

Actuellement deux hommes sont en procès pour leur assassinat, et il y a eu de nouvelles arrestations récemment. Mais le groupe d’expert, relève dans son rapport qu’ « en dépit d’éléments de preuve disponibles, certains autres suspects clefs » n’ont pas encore été arrêtés. Ils soulignent aussi qu’en mai dernier, un officier supérieur de police congolais leur a fait part du manque coopération des services de sécurité de l’État qui participent aux enquêtes.

7 Commentaires

  1. l’ONU est responsable indirect de ce double assassinat
    elle doit fournir les efforts pour sanctionner les auteurs bien connus

  2. le fait que KINSHASA se tienne comme un rocher pour ne pas accepter l’enquête indépendante ça prouve clairement sa cupabilité et son implication dans ses actes hodieux voire même sur sa propre population et surtout sa mauvaise foi devant toutes les évidences de ses engagements sur les institutions du pays qu’il bafoue audacieuement.

  3. Il s’avère clairement que le gouvernement congolais est responsable de ces meurtres car interdisant une enquête internationale indépendante ainsi met un flou sur la situation.

  4. Qui s’intéresse aux milliers des kasaïens morts dans ce conflit ? Presque personne. Il faut être blanc pour compter comme être humain. Vive l’égalité des humains…

Comments are closed.