Said Djinnit: ce qu’il faut retenir de ses consultations avec Tshisekedi, la MP, Sassou…

Said Djinnit, envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la région des Grands Lacs, a conclu aujourd’hui une visite de quatre jours à Kinshasa, en République démocratique du Congo (RDC) . L’objectif de cette visite était de consulter un large éventail de parties prenantes nationales sur le processus électoral et les questions politiques connexes et de demander leurs points de vue sur la meilleure façon de soutenir les efforts de médiation menée par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO).

Les efforts de la CENCO visent à élargir le consensus et l’inclusivité du processus électoral et du processus politique sur la base de l’Accord politique du 18 octobre dernier. À cette fin, M. Djinnit a eu des rencontres fructueuses avec le Secrétaire général par intérim de la CENCO, les représentants de la majorité présidentielle, la coalition des partis politiques de l’opposition Congolaise [Rassemblement] ainsi que plusieurs dirigeants politiques. L’envoyé spécial Said Djinnit a également fait une visite de courtoisie au Premier ministre désigné pour conduire la transition, Samy Badibanga.

Dans ses rencontres avec les différents interlocuteurs, M. Djinnit a exprimé son soutien aux efforts de médiation en cours de la CENCO. “La République démocratique du Congo connaît un tournant important dans son histoire politique. J’appelle toutes les parties à faire preuve de souplesse et à être prêtes à faire des compromis pour créer des conditions propices à des élections pacifiques et crédibles “, a-t-il déclaré. M. Djinnit a également profité de l’occasion pour encourager le gouvernement et les dirigeants du Rassemblement à faire preuve de retenue et à prendre des mesures supplémentaires de confiance pour contribuer à créer un environnement propice à des négociations pacifiques et fructueuses.

Lors de ses réunions à Kinshasa, l’Envoyé spécial était accompagné de hauts fonctionnaires de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) dont Maman Sidikou, Représentante spéciale du Secrétaire général pour la RDC.

Pendant son séjour dans la région, l’Envoyé spécial s’est également rendu à Brazzaville le 24 novembre, où il a rencontré le Président Denis Sassou Nguesso de la République du Congo. Ils ont discuté de la préparation de la prochaine réunion au sommet du Mécanisme régional de contrôle du Cadre pour la paix, la sécurité et la coopération. A cette occasion, il a été convenu que le Sommet se tiendrait en République du Congo le 20 octobre 2017.

Le Président Sassou Nguesso et l’Envoyé spécial Djinnit ont également échangé des vues sur la mise en œuvre des décisions de la dernière réunion du Mécanisme régional de contrôle tenue à Luanda le 26 octobre, y compris l’importance de soutenir les efforts de médiation menés par CENCO visant à promouvoir un terrain d’entente entre les parties prenantes de la RDC vers des élections pacifiques et crédibles et celles de la Communauté de l’Afrique de l’Est pour faire face à la situation au Burundi.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

RDC: Comment Nangaa a définitivement flingué ses machines!

Si la Commission électorale comptait sur l’expertise britannique pour imposer une légitimité internationale en faveur des machines à voter très contestées au pays, c’est désormais chose perdue.

Et si Nangaa et Fayulu disaient la même chose?

Le président de la CENI a fait savoir que seuls les bulletins papiers seront comptabilisés et pris en compte durant les prochaines élections, rejoignant peut-être la position de l’opposition Martin Fayulu, candidat de la coalition LAMUKA. 

RDC: Pourquoi l’UDPS veut “à tout prix” aller vers les élections

Le plus ancien et le plus historique des partis d’opposition en République démocratique du Congo tente étrangement seul une mêlée vers des élections pourtant perdues d’avance. 

Comment Kabila a “neutralisé” Kin-kiey Mulumba

La candidature de Tryphon Kin-Kiey Mulumba, qui a sonné comme une rébellion au sein du pouvoir, a finalement tourné court.