L’ambassadeur Jonathan Cohen, représentant permanent par intérim de la mission américaine auprès des Nations Unies s’est exprimé en marge d’une réunion du conseil de sécurité sur la République Démocratique du Congo ce lundi.

“Depuis son entrée en fonction, le président Tshisekedi a réagi à ce moment historique en s’engageant à lutter contre la corruption, à mettre un terme aux violations des droits de l’homme par les forces de sécurité de la RDC, à améliorer la sécurité, à renforcer le climat des investissements de la RDC et à promouvoir le développement” a-t-il introduit son allocution.

“Deux mois à peine après ce transfert historique du pouvoir, le peuple congolais commence déjà à constater des développements positifs. Le mois dernier, le président Tshisekedi a décidé d’arrêter et de poursuivre les policiers accusés d’avoir tiré sur des manifestants pacifiques. Il a libéré des prisonniers d’opinion et s’est engagé à réformer l’Agence nationale du renseignement, une organisation abusive, et à fermer des centres de détention non officiels” poursuit le diplomate américain.

“En partie à cause de ce changement, des milliers de combattants déposent leurs armes dans l’espoir de passer à une vie civile pacifique” a déclaré Jonathan Cohen.

“Nous exhortons le président Tshisekedi à respecter les engagements qu’il a pris de mettre pleinement en œuvre cette vision prometteuse pour l’avenir de la RDC. Nous attendons avec impatience la nomination du gouvernement qui l’aidera à bien mener son action”.

Les États-Unis se disent disposer à travailler avec le nouveau gouvernement pour accompagner le peuple congolais à vivre le changement qu’attend apporter le nouveau régime. “Nous espérons travailler avec le nouveau gouvernement pour nouer une relation plus constructive avec la MONUSCO. Nous voudrions reconnaître et appuyer les décisions proactives prises par les dirigeants de la MONUSCO, conformément à son mandat, de réorienter les efforts de Kinshasa vers l’est de la RDC, de rationaliser la force et de redoubler d’efforts pour s’attaquer aux causes profondes de la violence”.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD