L’église catholique dénonce les attaques contre ses institutions depuis le report sine die des élections de gouverneur et vice-gouverneurs dans la province du Sankuru sur instruction du président de la république Felix Tshisekedi.

Selon le communiqué de la chancellerie du diocèse de Tshumbe, c’est l’évêque du diocèse, Monseigneur Nicolas Djomo lola qui serait visé par ces attaques.

“C’est parce que Monseigneur Nicolas Djomo Lola, à l’instar des milliers des Sankurois épris du souci de la paix, de l’unité et de garanties le réelles du développement de leur province, s’est énergiquement opposé à une élection à candidature unique qu’est Mende Omalanga” dénonce le communiqué.

Selon les évêques de la Cenco qui reprennent le communiqué de la chancellerie de Tshumbe, au lendemain du report de ces élections à laquelle l’ancien ministre de la communication Lambert Mende demeure le candidat unique, quatre symboles de l’église particulière de Tshumbe ont été la  cible des attaques. Il s’agit de la procure de Lodja Saint Désiré, du couvent des sœurs de Saint François d’Assise de Tshumbe, du Lycée Dikongelo et de l’école primaire Sœur Afumba.

Deux autres chambres des abbés ont été ciblé, jeudi 18 avril par d’autres attaques dénonce le même communique qui explique qu’après l’explosif lancé pour incendier la chambre du curé de la paroisse de Okitandeke, les «pyromanes » ont arrosé de l’essence de la chambre de l’homme de Dieu avant d’y mettre le feu avec une allumette. Ce feu a occasionné l’incendie des quelques bâtiments bien que pour certains le feu a été étouffé.

Merveilles Kiro | POLITICO.CD