Sanctions américaines: les faits de corruption épinglés ne sont pas liés aux élections du 30 décembre 2018

Les restrictions de visas imposées par les États-Unis, annoncées lors de la visite de Peter Pham, envoyé spécial des États-Unis dans la région de Grands-lacs, vont dans le sens de l’engagement du président Félix Tshisekedi à éradiquer la corruption, à faire progresser les droits de l’homme et à renforcer la démocratie en RDC précise la déclaration du représentant de Donald Trump vue par POLITICO.CD.

“Les personnes identifiées publiquement étaient responsables de la corruption personnelle liée aux élections, laquelle remonte à 2016, bien avant le début de la période de campagne électorale ou le jour du scrutin” détaille la déclaration.

“Comme je l’ai mentionné au président Tshisekedi, le gouvernement des États-Unis est prêt à le recevoir lorsqu’il est disponible à se rendre à Washington et nous sommes prêts de travailler avec lui et son gouvernement pour créer un avenir plus pacifique et plus prospère pour le peuple congolais” note la déclaration.

“J’ai eu également l’occasion de remercier l’Ambassadeur Mike Hammer et l’équipe de l’Ambassade des États-Unis à Kinshasa pour le travail incroyable qu’ils ont accompli ces derniers mois dans des conditions difficiles pour promouvoir les intérêts américains et renforcer les liens politiques, sécuritaires et économiques entre nos deux pays” salue Peter Pham, qui était très contesté lors de sa nomination vues ses anciennes positions sur la crise Congolaise.

Sammy Mupfuni et Fiston Mahamba (@FMLarousse) |POLITICO.CD

Nous suivre

Recevoir nos articles par email

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

Félix Tshisekedi appelé à nommer Martin Fayulu en tant que Premier ministre par souci de cohésion nationale

Candidat à l’élection présidentielle de décembre dernier, Alain-Daniel Shekomba estime que les politiciens Congolais doivent mettre en avant les intérêts de la nation que leur propre propulsion politique. Ainsi, ce candidat indépendant propose au président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, de nommer Martin Fayulu au poste de Premier ministre pour des raisons de cohésion nationale.

“Moïse Katumbi n’a jamais soutenu le combat de Martin Fayulu, plutôt sa candidature”: Francis Kalombo 

Le président de la plateforme Ensemble pour le changement, Moïse Katumbi ne…

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…