Le parti politique PUR s’insurge contre la violation de la constitution par la nomination des autorités locales

Alors que la République Démocratique du Congo célèbrait ce 18 février 2019, le treizième anniversaire de la promulgation de l’actuelle constitution de la RDC, le Parti d’Union Républicaine, PUR, un ensemble constitué d’anciens membres de mouvements citoyens dénonce la violation de la constitution par la nomination continue des autorités locales.

“En effet, en ce moment où notre pays prend un tournant décisif dans son cheminement vers la
consolidation de la démocratie et son développement, le PUR est au regret de constater que durant deux législatures successives, la légitimité des dirigeants a été saucissonnée, ne privilégiant que
l’organisation des élections nationales et provinciales” écrit un communiqué de presse de ce parti politique envoyé à POLITICO.CD.

“La nomination des maires des villes, des bourgmestres des communes et des autres responsables des entités territoriales décentralisées sans recours au mode électif constitue non-seulement une violation de la constitution mais aussi un déni de la gouvernance locale, seule base du
développement autocentré de notre pays” écrit ce communiqué du parti présidé par Godefroid Mwanabwato Kahambo, ancien membre fervent du mouvement citoyen Lutte pour le Changement, LUCHA et candidat malheureux au gouvernorat du Maniema.

Célèbrant ce mardi 19 février 2019, l’an 1 de son existence en tant que parti politique dans l’arène politique congolaise, ce parti de la génération 2.0 appelle la classe politique et le peuple congolais à poursuivre sans relâche le combat pour la
préservation du pacte Républicain noué entre les congolais en date du 18 février 2006.

“C’est fort de ce fait, que le PUR a placé cet anniversaire sous le thème : « Etat de droit et
gouvernance de proximité» : de la nécessité de légitimation des autorités municipales et locales” écrit le document portant la signature de Djo-Frazier Mpoyi, porte-parole de ce parti politique.

Le PUR s’étant constitué en gardien du temple de la Constitution du 18 février 2006, gage de la
sécurité et de la stabilité pour tous, en appelle aux gouvernants, sa stricte application à travers le
parachèvement du cycle électoral en organisant les élections municipales et locales auxquelles il
s’apprête à prendre part poursuit le document avant de mentionner que “tout en prenant acte de l’alternance et la passation de pouvoir intervenues au sommet de l’Etat, le PUR rappelle que celles-ci ne sont pas des fins en soi mais, qu’elles constituent une victoire d’étape et sont le fruit d’une lutte acharnée, de divers sacrifices et privations de la population congolaise,
victime des crimes de sang (tueries du 16/12/2015, assassinat des activistes de droit de l’homme, restrictions de l’espace démocratique, musèlement des médias…), des crimes économiques (commission Bakandeja, Rapport Luzolo Bambi, Panama papers, Passeport gate etc…)”.

Appelant au pardon et à la réconciliation nationale, le PUR appelle à la mise en place d’une justice restauratrice à travers une commission Vérité et Réconciliation, chapeautée par les
mouvements citoyens et l’Eglise Catholique, chargée d’établir les responsabilités et de
réparer les préjudices subis par la Nation Congolaise qui n’a pas encore fini de panser ses plaies.

“Dans le même registre, le PUR se dit préoccupé par la question de la prétendue levée des sanctions contre les auteurs ayant attenté à la démocratie et aux droits de l’homme et appelle le Chef de l’Etat à ne pas céder à toute pression d’où qu’elle vienne et à se départir de certains dictats. La loi de la démocratie impose au responsable de la marche de l’État de répondre aux
interrogations, aux desiderata et aux doutes de la population, le PUR continuera de se ranger aux côtés du peuple afin de pousser le nouveau président de la République à poser les premiers signes d’un équilibre de justice sociale et à ne pas avoir cette propension à commettre les erreurs qu’il a toujours reprochées au régime précédent” conclut le document.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) |POLITICO.CD

Nous suivre

Recevoir nos articles par email

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

Félix Tshisekedi appelé à nommer Martin Fayulu en tant que Premier ministre par souci de cohésion nationale

Candidat à l’élection présidentielle de décembre dernier, Alain-Daniel Shekomba estime que les politiciens Congolais doivent mettre en avant les intérêts de la nation que leur propre propulsion politique. Ainsi, ce candidat indépendant propose au président de la République Démocratique du Congo, Félix Tshisekedi, de nommer Martin Fayulu au poste de Premier ministre pour des raisons de cohésion nationale.

“Moïse Katumbi n’a jamais soutenu le combat de Martin Fayulu, plutôt sa candidature”: Francis Kalombo 

Le président de la plateforme Ensemble pour le changement, Moïse Katumbi ne…

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…