lundi, septembre 14, 2020
DRC
10,390
Personnes infectées
Updated on 14 September 2020 à 15:59 15 h 59 min
DRC
370
Personnes en soins
Updated on 14 September 2020 à 15:59 15 h 59 min
DRC
9,756
Personnes guéries
Updated on 14 September 2020 à 15:59 15 h 59 min
DRC
264
Personnes mortes
Updated on 14 September 2020 à 15:59 15 h 59 min

Martin Fayulu appelle à l’organisation de nouvelles élections dans six mois

- Publicité-

À l’occasion du 32ème sommet de l’Union Africaine, l’opposant Congolais Martin Fayulu a écrit aux chefs d’Etats et de gouvernements de l’Afrique.

« Réunis à Addis-Abeba, le 17 janvier 2019, pour examiner la situation en RDC, les chefs d’Etats Africains ont fait un pas dans la bonne direction, en appelant les autorités congolaises à « s’abstenir de proclamer les résultats définitifs des élections du 30 décembre 2018 » en attendant la venue à Kinshasa, en toute urgence, d’une délégation de haut niveau comprenant le président de l’Union Africaine, le président de la commission de l’UA, ainsi que d’autres chefs d’Etats et de gouvernements, expressément pour dialoguer avec toutes les parties prenantes congolaises, en vue de parvenir à un consensus sur le moyen de sortir de la crise post-électorale dans le pays » rappelle Martin Fayulu dans sa lettre aux chefs d’Etats et de gouvernements de l’Afrique.

Rappelant que la commission électorale nationale indépendante, CENI et la cour constitutionnelle de la RDC ont donné de la légalité aux actuelles autorités du pays, tout en pérennisant le système de Joseph Kabila, Martin Fayulu pense que cette légalité n’a pas affecté la crise de la légitimité, qui a entraîné  » à des crises politiques récurrentes depuis l’indépendance de ce pays dont l’une des causes fondamentales est la contestation de la légitimité des institutions et de leurs animateurs » tel que stipule l’exposé de motifs de l’actuelle constitution du pays.

Dans cette optique, Martin Fayulu propose aux chefs d’Etats et de gouvernements de l’Union Africaine à agréer l’alternative à la crise politique actuelle qu’il propose: la réorganisation de nouvelles élections dans un délai de six mois.

« Autrement, les congolais ne croiront plus aux élections et ce sera une défaite pour la démocratie qui aura des répercussions au-delà de la République Démocratique du Congo » conclut le candidat de la coalition Lamuka.

Fiston Mahamba (@FMLarousse)
- Advertisement -
- Advertisement -

notre sélection

Jean-Marc Kabund: « je quitte ce poste la tête haute et sans compromission »

Jean-Marc Kabund a officiellement réagi peu après sa destitution du poste du 1er vice-président de l'Assemblée nationale intervenue tard dans la soirée...

Célestin Tunda recadre Benoit Lwamba et dément avoir violé l’indépendance des juges

En réaction à une correspondance du président de la cour constitutionnelle et président du conseil supérieur de la magistrature, Benoît Lwamba Bindu...

Convocation de Kamerhe: Tryphon Kin-Kiey Mulumba « stupéfait et préoccupé » face aux termes du communiqué de l’UNC

Dans un communiqué signé par tous ses hauts cadres, également membres du gouvernement et des institutions, l’UNC dénonce un acharnement contre son...