La commission électorale nationale indépendante a annoncé la date des élections législatives dans les entités de Beni, Beni ville, Butembo et Yumbi pour le 31 mars prochain. Cependant, les candidats à ces scrutins continuent à appeler la commission électorale nationale indépendante à rendre public le calendrier de ces élections pour situer les candidats et les électeurs sur les étapes à suivre dans cette marche vers ces élections décalées.

“Nous lançons un appel vibrant à nos électeurs de se rendre massivement aux urnes le 31 mars prochain et urgeons la CENI de publier le plus tôt possible le calendrier électoral. C’est le droit le plus légitime aux populations de Beni ville, Beni territoire, Butembo et Yumbi de se choisir leurs représentants” écrit Evariste Kambale Kombi Lichomoya, candidat député dans la ville de Beni pour le compte du regroupement Alternance pour la République.

Dans un entretien téléphonique avec POLITICO.CD, Corneille Nangaa, président de la commission électorale nationale indépendante, CENI, indique que son institution continue les consultations en vue de sortir le calendrier électoral pour les élections législatives décalées dans ces entités.

“On est encore dans les consultations pour établir le calendrier. On projete les élections pour le 31 mars” a déclaré au téléphone de POLITICO.CD Corneille Nangaa.

À la suite de la recrudescence de la maladie à virus Ebola et l’insécurité dans la région de Beni et les violences dans le territoire de Yumbi, la commission électorale nationale indépendante avait décidé de reporter les scrutins législatives dans ces zones, y annulant la présidentielle. Cette décision de la centrale électorale avait provoqué une vague de protestation notamment dans la ville de Beni, où de centaines de manifestants avaient pris pour cible les structures sanitaires impliquées dans la riposte contre la dixième épidémie d’Ebola apparue dans la cité de Mangina en août 2018.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) et Merveille Kiro