Le Directeur de Cabinet du Président de la République, Vital Kamerhe, dément des “allégations mensongères” attribuées à son endroit par la chaîne de télévision proche de l’ancien président de la RDC Joseph Kabila Télé 50 depuis ce mardi 06 août 2019 sur sa bande passante.

En effet, un message attribué au Directeur de cabinet du Chef de l’État Vital Kamerhe circule sur la toile et relayé par certains médias dont télé 50 selon lequel Vital Kamerhe aurait répondu aux journalistes français ayant traité le président de la République de “potiche”.

La presse présidentielle dément

Ainsi donc, la presse présidentielle par le biais de son Directeur Adjoint Giscard Kusema a tenu a faire une mise au point en date du 07 août 2019 dans un communiqué dont une copie est parvenue à Politico.cd.

L’honorable KAMERHE tient à fixer l’opinion qu’il n’a jamais tenu des pareils propos, ni accordé d’interview ces derniers jours à la radio RFI ni à aucun autre organe de presse,” peut on lire dans cette mise au point.

Et de poursuivre: “D’ordinaire, il est connu que les déclarations du concerné sont relayées par des nombreux organes de presse et par des journalistes connus”

Aussi, Vital Kamerhe déplore cette campagne de “diabolisation orchestrée contre sa personne et se réserve, désormais, le droit de saisir les instances de la justice.”

De ce fait, Vital Kamerhe exige “de jouir de son droit de réponse, par la publication de cette mise au point par Télé 50, sous la même forme à savoir la bande defilante,” conclut le communiqué de la presse présidentielle.

RFI recadre

Dans un recadrage, RFI Afrique à son tour dément avoir traiter le président Félix Tshisekedi de potiche, c’est à dire : une personne qui n’a qu’un rôle de représentation, sans pouvoir réel.

“C’est plutôt dans sa revue de presse que l’observateur Paalga du Burkina Faso a traité le Chef de l’Etat Congolais de Potiche“, note le recadrage de la RFI Afrique.

Ce message est attribué au Directeur de cabinet de Félix Tshisekedi, dans un contexte ou certaines sources font état des divergences des points de vue entre le président de la République et son allié sur le fonctionnement de la présidence de la république et le partage du quota de CACH dans le prochain Gouvernement.

Thierry Mfundu