Présidentielle: la Présidence qualifie d’intox les rumeurs sur une éventuelle candidature de Joseph Kabila

En réaction à ces rumeurs relayées par des réseaux sociaux ce lundi dans la matinée, la Présidence de la République démocratique du Congo parle d’une “intox”.

“C’est de l’intox pure et simple. Il n’en est pas question”, répond Jean Pierre Kambila, Directeur de cabinet adjoint du président Joseph Kabila, interrogé par l’Agence France Presse.

Des nombreuses informations partagées sur les réseaux sociaux en depuis ce week-end affirme que la Majorité Présidentielle compte déposer la candidature de Joseph Kabila à la commission électorale nationale indépendante, et “une saisine de la cour constitutionnelle qui tranchera en faveur de l’État”.

Interrogé également par l’AFP, André-Alain Atundu, porte-parole de la Majorité Présidentielle, a démenti ces affirmations.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Non, l’ambassadeur de l’UE en RDC ne prépare pas un coup d’Etat!

Après la tenue en Europe d’une conférence entre les mouvements citoyens appelant…

Martin Faluyu admet plusieurs “emprunts remboursés avec intérêts” auprès de Kimbuta, dément la corruption

Le président de l’Ecidé s’est expliqué cet après-midi au micro de POLITICO.CD au sujet des accusations proférées contre lui à propos d’une probable corruption par le gouverneur André Kimbuta.

RDC: Pas d’incursion Maï-Maï dimanche dernier à Butembo

Six personnes, dont une femme, marchant nues au centre-ville de Butembo, dans l’Est de la République démocratique du Congo, ont créé la psychose dimanche. Plusieurs habitants, y compris des médias, ont cru faire face à une nouvelle attaque des Maï-Maï. 

“La maladie à virus Ebola ne va pas interférer dans le déroulement des élections”, rassurait le ministre Ilunga le 5 décembre à Goma.

Dans une conférence de presse le 5 décembre dernier à Goma, le ministre congolais de la Santé, Oly Ilunga, rassurait pourtant que les élections pouvaient se tenir dans les parties du pays touchées par l’épidémie d’Ebola.