Zacharie Bababaswe: “je suis un homme libre”

Dans une série de vidéos postées sur internet jeudi, le polemiste député de la Majorité Présidentielle Zacharie Bababaswe dément avoir avoir quitté la coalition des partis au pouvoir pour l’opposition, comme l’affirme une rumeur depuis plusieurs jours.

“J’ai vu des nombreux messages, des nombreux débats autour de ma personne, sur un soit disant départ de la Majorité Présidentielle (…) J’aimerais vous dire d’abord que je suis un homme libre”, dit-il toutefois.

Il en profite pour s’attaquer à ceux qui l’auraient interpellé à ce sujet. “Ceux qui ont bénficié de la Majorité Présidentielle, en ayant des fonctions, en ayant des postes, ont quitté la majorité présidentielle aujourd’hui pour d’autres plateformes, personne ne s’y intéresse. Moi Zacharie Bababaswe, au sein de la Majorité Présidentielle, je n’occupe aucun poste. Je n’ai eu aucun intérêt. Ceux qui ont des richesses, des postes, et sont partis aujourd’hui, vous les laissez tranquilles, pourquoi seulement moi?” interroge-t-il

Né le 15 septembre 1964 à Namur en Belgique, Bababaswe est un ancien journaliste-chroniqueur et polémiste très populaire à Kinshasa notamment grâce à son franc-parler dit “kinoiserie”. Il a été élu député en 2011 au sein du parti ULCD de l’ancien chef de la diplomatie congolaise, Raymond Tshibanda, lui même cadre de la majorité.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Non, l’ambassadeur de l’UE en RDC ne prépare pas un coup d’Etat!

Après la tenue en Europe d’une conférence entre les mouvements citoyens appelant…

Martin Faluyu admet plusieurs “emprunts remboursés avec intérêts” auprès de Kimbuta, dément la corruption

Le président de l’Ecidé s’est expliqué cet après-midi au micro de POLITICO.CD au sujet des accusations proférées contre lui à propos d’une probable corruption par le gouverneur André Kimbuta.

RDC: Pas d’incursion Maï-Maï dimanche dernier à Butembo

Six personnes, dont une femme, marchant nues au centre-ville de Butembo, dans l’Est de la République démocratique du Congo, ont créé la psychose dimanche. Plusieurs habitants, y compris des médias, ont cru faire face à une nouvelle attaque des Maï-Maï. 

“La maladie à virus Ebola ne va pas interférer dans le déroulement des élections”, rassurait le ministre Ilunga le 5 décembre à Goma.

Dans une conférence de presse le 5 décembre dernier à Goma, le ministre congolais de la Santé, Oly Ilunga, rassurait pourtant que les élections pouvaient se tenir dans les parties du pays touchées par l’épidémie d’Ebola.