John Doe

Manager

Each element can be added and moved around within any page effortlessly. All the features you need are just one click away.

Le reste de l'actu

Le Premier Ministre, Sama Lukonde, a reçu en audience, samedi 16 octobre, à la Primature, le Caucus des députés nationaux de la province de la Tshopo, venus lui exprimer le désarroi de leurs électeurs, renseigne la cellule de communication du chef du gouvernement congolais.De la réhabilitation de la centrale hydroélectrique de la Tshopo à la délimitation de leur province avec le Maniema en passant par la réhabilitation de la RN4 et de la route allant de l’aéroport de Kisangani au centre ville ou encore la question des victimes de la guerre de Kisangani et des naufrages à répétition sur le fleuve Congo, toutes "les questions brûlantes" de la Tshopo ont été présentées au Chef du Gouvernement.Selon le chef de...
L'ambassadeur du Rwanda en République Démocratique du Congo, Vincent Karega a apporté sa version des faits au sujet de l'incursion de l'armée rwandaise dans le territoire congolais, tel qu'annoncé par l'armée congolaise.D'après le diplomate rwandais, il n'y a eu aucune incursion des éléments du Rwanda Defense Forces sur le territoire congolais. Vincent Karega évoque plutôt un fait « très mineur autour d'une poursuite de fraudeur », le reste indique-t-il, c'est du buzz d'une tension montée de toutes pièces.« Il ne peut pas avoir incursion sans conflit ou blocage de dialogue entre les deux pays, sans objectif poursuivi en RDC par le Rwanda. Ce qui s’est passé est un incident d’erreur souvent répétée. Les forces de l’ordre poursuivaient des fraudeurs...
Une scène surréaliste s'est produite ce lundi 18 octobre 2021 à Kibumba dans la province du Nord-Kivu. Une compagnie d’armée rwandaise (Rwanda Defense Forces) a fait une incursion sur le territoire congolais, jusqu’à contrôler brièvement au moins six villages du territoire de Nyiragongo à 200 mètres de la route nationale numéro 2 (RN2)Selon les forces armées de la République Démocratique Congo, l'armée rwandaise a procédé à des tirs d’appui et individuels afin de traverser les frontières à partir de Kibumba, dans le territoire de Nyiragongo.Réagissant à cette situation, le mouvement citoyen, Lutte pour le Changement (LUCHA) estime que c'est une autre agression doublée d'humiliation par le Rwanda.« Ce qui s’est passé ce matin près de Kibumba, c’est une autre...
Le Programme Multisectoriel de Vulgarisation et Sensibilisation (PMVS) appelle le Président d'Ensemble pour la République, Moïse Katumbi de demander à ses ministres de démissionner du Gouvernement de la République Démocratique du Congo. Car, dit-il, la ligne rouge a été franchie en entérinant Dénis Kadima par l'Assemblée nationale comme Président de la CENI.« Qu'il n'en profite pour instrumentaliser les jeunes, nous voulons la paix et nous voulons construire notre pays consciemment. Il est plus préférable pour Moïse Katumbi Chapwe de demander à ses ministres de démissionner et il est libre de quitter l'Union Sacrée et rejoindre les autres opposants », a déclaré Ludovic Kalengayi, le coordonnateur national du Programme Multisectoriel de Vulgarisation et Sensibilisation.Pour lui, la RDC a besoin d'une...
Le ministère en charge de la Justice et garde des sceaux organise « les états généraux de la lutte contre la corruption en République démocratique du Congo » du 19 aux 23 courant à Kinshasa, sous le haut patronage du Président de la République et Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.Selon le communiqué du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) parvenu samedi à l’ACP, cette rencontre entend poser un diagnostic complet sur l’état des lieux de la lutte contre la corruption en RDC, créer un consensus sur les actions prioritaires à mener et les réformes à entreprendre pour parvenir à une diminution sensible et durable de la corruption en RDC et de définir les modalités de mise en œuvre...
L'entérinement de Denis Kadima le samedi 16 octobre dernier par l'assemblée nationale comme président de la CENI, ne cesse de susciter des réactions au sein de la classe politique congolaise principalement dans l'opposition.Parmi ses réactions s'ajoute celle de l'ancien coordonnateur du Front Commun pour le Congo, Néhémie Mwilanya, qui estime que l'entérinement de Denis Kadima à la tête de la CENI est un coup de massue à la confiance entre parties prenantes."Le forcing de l'équipe Kadima à la tête de la CENI c'est un coup de massue à la confiance entre parties prenantes à un processus électoral déjà délicat. En plus d'une crise sécuritaire dans l'Est, c'est désormais la crise politique qui s'installe à Kinshasa. Pour quelles perspectives?", s'est-il...
L’armée rwandaise a fait une incursion sur le territoire congolais ce lundi 18 octobre 2021, jusqu’à vouloir contrôler au moins six villages du territoire de Nyiragongo, alertait la société civile sur place, tôt le matin.Il s’agit selon l’armée congolaise, d’une compagnie d’armée rwandaise (RDF) qui a procédé à des tirs d’appui et individuels afin de traverser les frontières à partir de Kibumba, dans le territoire de Nyiragongo.Ces militaires de Rwanda Defense Forces (RDF) ont tiré à balle réelle lors de leur incursion avant que l’armée congolaise ne réplique, indique les FARDC."La situation est redevenue calme. Quand l’armée congolaise est arrivée sur place, la situation est redevenue calme. Cette armée rwandaise est rentrée chez elle", a dit le colonel Guillaumes...
Au-delà des tergiversations politiques observées, de tractations interminables et de crispations au sein de la majorité, une étape importante du processus électoral en cours vient d’être franchie. Sur fond de plusieurs mois de blocage, une nouvelle tête est plébiscitée pour remplacer Corneille Nangaa, l’ancien président de la Commission nationale électorale indépendante (Ceni), contraint ces dernières semaines d’entamer les premiers préparatifs pour les scrutins de 2023 et ce, et ce, deux ans après la fin théorique de son mandat. Denis Kadima a été désigné à la tête de la commission électorale.Porté par l’église kimbanguistes, Denis Kadima était jusqu’à son entérinement soutenu par six des huit confessions religieuses chargées de désigner le président de la commission électorale.2023, c’est aujourd’huiEntérinement consommé, l’heure...
Lors de la réunion du conseil des ministres tenue vendredi 15 octobre, le président Félix Tshisekedi a indiqué vouloir un audit des vastes concessions forestières de la République Démocratique du Congo. Il veut examiner la légalité de plusieurs contrats et finalement suspendre tous ceux-là qui présenteraient « des doutes. »En RDC, la société Tradelink SARL possède au moins six concessions, couvrant un total de 1,38 million d'hectares. Selon Reuters, c'est l'ancien ministre en charge de l'environnement Claude Nyamugabo, cadre actif du PPRD, parti politique cher à Joseph Kabila, qui a attribué ces vastes portions des terres à Tradelink SARL, en date du 12 Septembre 2020.Félix Tshisekedi veut voir clair. Il a fait part aux ministres de son vœu pour...
Dans une conférence de presse conjointe animée ce lundi 18 octobre à Kinshasa, les mouvements citoyens, Lutte pour le Changement (LUCHA), Filimbi et le mouvement national des consommateurs lésés ont réagi suite au dernier passage du ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l'Information et de la communication devant les députés nationaux au sujet d'une question orale avec débat lui adressée sur la taxe « RAM ».D'entre le jeu, ces mouvements condamnent ce qu'ils qualifient de « dérivée autoritaire », la manière dont le bureau de l'assemblée nationale dirigée par Christophe Mboso, s'érige le droit de « priver aux citoyens congolais leur droit constitutionnel de s'assurer que le prélèvement des fonds publics et leur utilisation respectent les règles...

Tout sur le Covid19 en RDC

Le Premier Ministre, Sama Lukonde, a reçu en audience, samedi 16 octobre, à la Primature, le Caucus des députés nationaux de la province de la Tshopo, venus lui exprimer le désarroi de leurs électeurs, renseigne la cellule de communication du chef du gouvernement congolais.De la réhabilitation de la centrale hydroélectrique de la Tshopo à la délimitation de leur province avec le Maniema en passant par la réhabilitation de la RN4 et de la route allant de l’aéroport de Kisangani au centre ville ou encore la question des victimes de la guerre de Kisangani et des naufrages à répétition sur le fleuve Congo, toutes "les questions brûlantes" de la Tshopo ont été présentées au Chef du Gouvernement.Selon le chef de...
L'ambassadeur du Rwanda en République Démocratique du Congo, Vincent Karega a apporté sa version des faits au sujet de l'incursion de l'armée rwandaise dans le territoire congolais, tel qu'annoncé par l'armée congolaise.D'après le diplomate rwandais, il n'y a eu aucune incursion des éléments du Rwanda Defense Forces sur le territoire congolais. Vincent Karega évoque plutôt un fait « très mineur autour d'une poursuite de fraudeur », le reste indique-t-il, c'est du buzz d'une tension montée de toutes pièces.« Il ne peut pas avoir incursion sans conflit ou blocage de dialogue entre les deux pays, sans objectif poursuivi en RDC par le Rwanda. Ce qui s’est passé est un incident d’erreur souvent répétée. Les forces de l’ordre poursuivaient des fraudeurs...
Une scène surréaliste s'est produite ce lundi 18 octobre 2021 à Kibumba dans la province du Nord-Kivu. Une compagnie d’armée rwandaise (Rwanda Defense Forces) a fait une incursion sur le territoire congolais, jusqu’à contrôler brièvement au moins six villages du territoire de Nyiragongo à 200 mètres de la route nationale numéro 2 (RN2)Selon les forces armées de la République Démocratique Congo, l'armée rwandaise a procédé à des tirs d’appui et individuels afin de traverser les frontières à partir de Kibumba, dans le territoire de Nyiragongo.Réagissant à cette situation, le mouvement citoyen, Lutte pour le Changement (LUCHA) estime que c'est une autre agression doublée d'humiliation par le Rwanda.« Ce qui s’est passé ce matin près de Kibumba, c’est une autre...
Le Programme Multisectoriel de Vulgarisation et Sensibilisation (PMVS) appelle le Président d'Ensemble pour la République, Moïse Katumbi de demander à ses ministres de démissionner du Gouvernement de la République Démocratique du Congo. Car, dit-il, la ligne rouge a été franchie en entérinant Dénis Kadima par l'Assemblée nationale comme Président de la CENI.« Qu'il n'en profite pour instrumentaliser les jeunes, nous voulons la paix et nous voulons construire notre pays consciemment. Il est plus préférable pour Moïse Katumbi Chapwe de demander à ses ministres de démissionner et il est libre de quitter l'Union Sacrée et rejoindre les autres opposants », a déclaré Ludovic Kalengayi, le coordonnateur national du Programme Multisectoriel de Vulgarisation et Sensibilisation.Pour lui, la RDC a besoin d'une...
Le ministère en charge de la Justice et garde des sceaux organise « les états généraux de la lutte contre la corruption en République démocratique du Congo » du 19 aux 23 courant à Kinshasa, sous le haut patronage du Président de la République et Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.Selon le communiqué du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) parvenu samedi à l’ACP, cette rencontre entend poser un diagnostic complet sur l’état des lieux de la lutte contre la corruption en RDC, créer un consensus sur les actions prioritaires à mener et les réformes à entreprendre pour parvenir à une diminution sensible et durable de la corruption en RDC et de définir les modalités de mise en œuvre...
L'entérinement de Denis Kadima le samedi 16 octobre dernier par l'assemblée nationale comme président de la CENI, ne cesse de susciter des réactions au sein de la classe politique congolaise principalement dans l'opposition.Parmi ses réactions s'ajoute celle de l'ancien coordonnateur du Front Commun pour le Congo, Néhémie Mwilanya, qui estime que l'entérinement de Denis Kadima à la tête de la CENI est un coup de massue à la confiance entre parties prenantes."Le forcing de l'équipe Kadima à la tête de la CENI c'est un coup de massue à la confiance entre parties prenantes à un processus électoral déjà délicat. En plus d'une crise sécuritaire dans l'Est, c'est désormais la crise politique qui s'installe à Kinshasa. Pour quelles perspectives?", s'est-il...
L’armée rwandaise a fait une incursion sur le territoire congolais ce lundi 18 octobre 2021, jusqu’à vouloir contrôler au moins six villages du territoire de Nyiragongo, alertait la société civile sur place, tôt le matin.Il s’agit selon l’armée congolaise, d’une compagnie d’armée rwandaise (RDF) qui a procédé à des tirs d’appui et individuels afin de traverser les frontières à partir de Kibumba, dans le territoire de Nyiragongo.Ces militaires de Rwanda Defense Forces (RDF) ont tiré à balle réelle lors de leur incursion avant que l’armée congolaise ne réplique, indique les FARDC."La situation est redevenue calme. Quand l’armée congolaise est arrivée sur place, la situation est redevenue calme. Cette armée rwandaise est rentrée chez elle", a dit le colonel Guillaumes...
Au-delà des tergiversations politiques observées, de tractations interminables et de crispations au sein de la majorité, une étape importante du processus électoral en cours vient d’être franchie. Sur fond de plusieurs mois de blocage, une nouvelle tête est plébiscitée pour remplacer Corneille Nangaa, l’ancien président de la Commission nationale électorale indépendante (Ceni), contraint ces dernières semaines d’entamer les premiers préparatifs pour les scrutins de 2023 et ce, et ce, deux ans après la fin théorique de son mandat. Denis Kadima a été désigné à la tête de la commission électorale.Porté par l’église kimbanguistes, Denis Kadima était jusqu’à son entérinement soutenu par six des huit confessions religieuses chargées de désigner le président de la commission électorale.2023, c’est aujourd’huiEntérinement consommé, l’heure...
Lors de la réunion du conseil des ministres tenue vendredi 15 octobre, le président Félix Tshisekedi a indiqué vouloir un audit des vastes concessions forestières de la République Démocratique du Congo. Il veut examiner la légalité de plusieurs contrats et finalement suspendre tous ceux-là qui présenteraient « des doutes. »En RDC, la société Tradelink SARL possède au moins six concessions, couvrant un total de 1,38 million d'hectares. Selon Reuters, c'est l'ancien ministre en charge de l'environnement Claude Nyamugabo, cadre actif du PPRD, parti politique cher à Joseph Kabila, qui a attribué ces vastes portions des terres à Tradelink SARL, en date du 12 Septembre 2020.Félix Tshisekedi veut voir clair. Il a fait part aux ministres de son vœu pour...
Dans une conférence de presse conjointe animée ce lundi 18 octobre à Kinshasa, les mouvements citoyens, Lutte pour le Changement (LUCHA), Filimbi et le mouvement national des consommateurs lésés ont réagi suite au dernier passage du ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles Technologies de l'Information et de la communication devant les députés nationaux au sujet d'une question orale avec débat lui adressée sur la taxe « RAM ».D'entre le jeu, ces mouvements condamnent ce qu'ils qualifient de « dérivée autoritaire », la manière dont le bureau de l'assemblée nationale dirigée par Christophe Mboso, s'érige le droit de « priver aux citoyens congolais leur droit constitutionnel de s'assurer que le prélèvement des fonds publics et leur utilisation respectent les règles...

Les chiffres

Au 26 mars 2019, la RDC totalise 53 cas d'infections, 5 cas de décès et 1 cas de guérison

Vous vous sentez malade? Vous avez des soupçons? Un proche développe des sympômes? Voici la démarche à suivre!