Tshopo: carence de carburant à la pompe, le gouvernement dépêche une cargaison de 2.000 mètres cubes à Kisangani

0
4434

Le gouvernement Congolais à travers le ministère de l’économie nationale, s’active finalement sur la situation de la pénurie brusque d’essence dans la ville de Kisangani, chef-lieu de la province de la Tshopo.

Au moins une cargaison de 2.000 mètres cubes soit plus de 2.000.000 litres d’essence est en cours de chemin via le Fleuve Congo pour Kisangani.
D’après le Directeur Général de la société ENGIN qui a fait cette annonce en début de la semaine, au sortir d’une réunion avec la ministre de l’économie, Acacia Bandubola, il s’agit d’un bateau et des camions qui vont atterrir à Kisangani dans les proches jours.

« Dans la mise au point, nous avons constaté qu’il y a des bateaux qui sont déjà en cours de route, il y a un bateau qui est sur Mbandaka qui a pris plus 2000 mètres cubes soit 2.000.000 de litres d’essence. Ce bateau là vient de terminer à Mbandaka et va continuer pour arriver probablement dans 10 jours en principe. En plus de cela, il y a des camions qui viennent de l’Est » a fait savoir le DG d’Engin, Mr Charles Nikobasa.

Cependant, en dehors de cela, une autre solution est envisagée. Le Directeur Général de la société Engen a indiqué que, « grâce à la SEP qui a vidé ses tanks, près de 200.000 litres d’essence seront bientôt mis à la disposition de la population de Kisangani.»

En outre, il a appelé au respect de la structure des prix telle que fixée officiellement et demandé au gouvernement de renforcer la régulation dans le secteur. La ministre de l’économie Acacia Bandubola a pour sa part promis de « juguler le phénomène de fraude caractérisé par l’entrée illégale sur le sol congolais de certains produits pétroliers provenant de l’Angola, afin de protéger les sociétés de droit congolais.» a ajouté le DG Charles Nikobasa.

Rappelons que depuis près d’une semaine, la ville de Kisangani fait face à une pénurie des produits pétroliers. Cette situation a provoqué une flambée des prix sur le marché. Un litre d’essence est passé de 1600 à 3000 voire 3500 francs congolais.
Des motocyclistes boyomais ont organisé une série des manifestations de leurs ras-le-bals afin d’inciter les autorités tant provinciales que nationales aux agissements palliatifs.

Serge SINDANI