Session budgétaire 2019-2020 pour la province du Sud-Kivu est en péril. Certains députés provinciaux seraient en train d’exiger qu’il leur soit préalablement payé des sommes exorbitantes appelées « frais de lecture » pour examiner le projet de loi de finance du gouvernement Théo Ngwabidje.

Ce constat est du Collectif Amka Congo, qui réunit en son sein plusieurs Mouvements citoyens et Organisations de la Société civile et qui travaille sur la lutte contre les antivaleurs, telle que la corruption, l’éthique professionnelle et la défense des intérêts sociaux à l’Est du pays.

Ce collectif l’a fait savoir ce mardi 19 novembre dans un communiqué parvenu à Politico.cd et qui est signé par sa cellule de communication.

Cette pratique n’a aucune base légale, à moins que ces députés se soient décidés de défier leurs bases par la pérennisation de la médiocrité longtemps décriée et à bannir à tout jamais en RDC ; lit-on dans ce communiqué.

Ces frais de lecture est une des pratiques anticonstitutionnelles à combattre à tous les niveaux entre l’exécutifs et les organes délibérants (Provinciaux, National), du fait que elle nuit à l’éthique d’un parlementaire digne de ce nom et aux règles fondamentales régissant le fonctionnement des institutions de la République ; poursuit ce communique, qui éclaircit en disant que ces députés auraient contraint l’autorité provinciale de mettre à leur disposition la somme de mille cinq cents dollars américains (1 500 $ USD) chacun, comme « frais de lecture », lors du prochain examen du budget rectificatif 2019 de la Province et même pour l’exercice 2020.

Selon Amka Congo, ces députés auraient reçu l’enveloppe de vingt-quatre mille six cents dollars américains (24 600 $ usd) par le canal de la questure, qui l’aurait reçue auprès de l’Ordonnateur des Dépenses de la Province, en payant notamment, à titre d’acompte, un montant de plus de cinq cents douze dollars américains (512 $ usd) accordé à chaque Député, en attendant le complément qui devrait être libéré avant le vote proprement dit.

Le Collectif trouve scandaleuse et trop irresponsable cette manière d’agir. Il en profite pour inviter la population à une vigilance accrue et à se préparer à une présence citoyenne et non violente dans les enceintes de l’hémicycle, lors de la prochaine séance d’ouverture de la Session budgétaire qui sera décisive.

Il demande par la suite au Gouvernement provincial d’examiner les fondements idéologiques susceptibles d’inspirer et de moraliser la vie politique de la Province du Sud-Kivu et d’en dégager des ressources nécessaires et des perspectives d’avenir basées sur la promotion des valeurs éthiques républicaines et la lutte contre toutes les formes de corruption.

Thierry M. RUKATA/Politico.cd

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *