Ce mercredi 16 octobre, Médecins Sans Frontières(MSF) a alerté l’opinion que chaque année une épidémie de choléra sévit en ville de Goma.

C’était au cours d’un briefing avec la presse sur le thème : « MSF et les média sociaux » organisée par cette ONG internationale.

Selon MSF, les epidemies annuelles de cholera a Goma au Nord Kivu interviennent souvent pendant la saison sèche, de la fin du mois de mai jusqu’au mois de septembre.

Frederica Ferraresi, CDM adjointe MSF OCA affirme qu’en 2017, il y a eu une épidémie de choléra incroyable avec plus de 15.100 cas et en 2019 avec, de 5.000 cas. Des zones les plus touchées sont celles de Goma, de Karisimbi, de Nyiragongo et de Kiroche.
Ces endroits sont plus affectés parce que moins de 30% de la population de Goma à accès à l’eau potable.

La plupart de ces zones sont proches du lac Kivu ou du lac vert. Les habitants se servent de l’eau de ces deux lacs comme boisson et pour préparer la nourriture.

MSF regrette que la prise ne charge du choléra n’est pas encore intégrée comme une priorité dans les centres de santé alors que cela est une nécessité.
C’est ainsi qu’il s’occupe de cette épidémie pendant la période endémique du côté prise en charge et prévention, ajouté cet agent de MSF.

Sur ce, MSF a installé deux centres de traitement dont l’un à Buhimba pour la ville de Goma et un autre à Sake pour Kirotche en territoire de Masisi. Cet organisme travaille aussi pour l’assainissement et la chloration de l’eau car étant l’une des causes majeures de ladite Maladie.

Pour mettre fin à cette situation MSF compte appuyer la Division Provinciale de la Santé(DPS) pour intégrer la riposte contre la choléra dans les centres de santé éparpillés dans les différentes zones de santé.

MSF compte aussi rendre disponibles les structures, le personnel et les intrants pour la prise en charge de cette épidémie.

Plusieurs autres dispositions sont prises par cette ONG notamment:

  • plaider pour attirer les autres acteurs dans la riposte;
    -plaider pour donner l’accès régulier à l’eau de la REGIDESO à toute la population;
  • promouvoir les règles sanitaires au sein de la population pour le renforcement des bonnes pratiques d’hygiène et assainissement.

Thierry Mfundu