C’est un véhicule banalisé qui a embarqué Claude Nzeza. Il vers 6 heures à Matadi. Destination, la prison du Camp Molayi. Il y va rejoindre les policiers accusés d’être impliqués dans le scandale sexuel. Depuis fin août, le directeur de cabinet du gouverneur suspendu Atou Matubuana était dans le collimateur de la justice. A cause du rejet du réquisitoire du procureur général près la Cour de cassation, il ne pouvait plus répondre à la convocation lui adressée. Malheureusement, la justice le rattrape.

Depuis le rejet de son réquisitoire, il y a eu disjonction des poursuites, le procureur général Flory Kabange a renvoyé le dossier au parquet général du Kongo central. Ce qui permet au procureur général Arthur Ilunga d’interpeller Claude Nzeza, en poursuivant l’instruction de ce dossier à son niveau. Du coup,cela lui donne aussi l’occasion de poursuivre les policiers mis en accusation.

Selon plusieurs sources, le Directeur de cabinet est cité parmi les personnes impliquées dans le scandale sexuel du 25 août dernier. C’est lui qui aurait planifié une partie de cette action, en donnant à quelques heures du scandale sexuel des directives et mise en place aux policiers arrêtés.

Si l’affaire est envoyée en fixation, cela pourrait confirmer ou infirmer au cours de l’audience devant le tribunal, la conclusion du procureur général Kabange relative à la désignation du gouverneur Matubuana comme commanditaire de cette opprobre, qui lui jouit jusqu’à ce jour du privilège des poursuites.