Contribuer à la protection et à la gestion durable du Parc National de Kahuzi Biega, PNKB et le développement durable des communautés riveraines par le dialogue; c’est l’objectif du dialogue provincial de haut niveau qui se tient à Bukavu depuis le jeudi 19 septembre.

Ce cadre de dialogue réunis tous les partis en conflit et tous les partenaires impliqués dans le processus de la protection durable du PNKB et la cohabitation pacifique entre le parc, les peuples autochtones “Batwa ou Bambuti” et les communautés locales riveraines.

Le conflit opposant ces deux parties en conflit est consécutif à l’expulsion des forêts que renferme aujourd’hui le PNKB, où jadis vivaient les Pygmées. Délogés des collines de Kahuzi et Biega, ils n’ont pas été informes, ni indemnisés par l’Etat. Par ce fait, tous les moyens de subsistance leur avaient été soustraits sans alternative jusqu’à ce jour; lit-on dans le terme de référence de ce dialogue.

Depuis le 6 août 2018, une tension grandissante s’observe autour du PNKB. Le fil qui alimente cette tension est l’occupation illégale du PNKB par des individus Batwa et non-Batwa.

L’occupation de certaines parties parc se caracterise par la coupe des bois de chauffe, la chasse, la carbonisation, l’exploitation des minerais, l’abattage des arbres et bien d’autres activités illicites et interdites dans le PNKB.

Notons que les accrochages déjà enregistrés dans ce parc ont déjà occasionné plusieurs décès et blessés, côté gardes parc et Pygmées.

Thierry M RUKATA/Politico.cd