Sept camions trucks à immatriculation étrangère, ont été interceptés le mardi 10 septembre 2019. Il s’est agi d’un coup de filet réalisé par la brigade antifraude du Haut-Katanga, et ce, grâce au soutien des inspecteurs judiciaires.

D’après les renseignements, il est reproché aux propriétaires de ces engins lourds, d’échapper au paiement fiscal dans le circuit normal. Par le truchement d’un réseau mafieux, l’argent censé revenir au trésor public est perçu par des individus.

Parmi les 7 camions, certains sont chargés de l’acide sulfurique, d’autres des cathodes en cuivre et plusieurs marchandises diverses. Usant du trafic d’influence, les transporteurs de ces engins échappaient de tout ce temps au contrôle et au payement des taxes de l’État principalement au poste de péage.

Ce vendredi 13 septembre 2019, le constat fait, révèle que, sur 7 trucks, un seul truck est visible au palais de justice, ce qui suppose que 6 ont été relâchés apprend-t-on, après payement des derniers publics.

Au paravent, le procureur de général près la cour d’appel de Lubumbashi Basile Lumande Lukano, avait signifier qu’après apurement des arriérés, les camions seraient remis en circulation.

“Ils (propriétaires) seront amener à payer ce qu’ils avaient évité de payer à l’État.  Le service du péage va percevoir les taxes élucidées, et le magistrat instructeur va faire rapport sur la manière de clôturer ce dossier”, avait déclaré le procureur général Basile Lumande.

De son côté, le bâtonnier honoraire Jean-claude Muyambo s’est saisi de cette affaire. Mais, il regrette d’avoir été écarté par le magistrat instructeur, au motif que le dossier ne le concerne pas. Dénonçant le trafic d’influence et la fraude devenus les maîtres mots au niveau du péage, il promet d’écrire au président de la république en vue de déboulonner les personnes impliquées dans ce réseau mafieux.

✍ Adrien Ambanengo | Politico.cd◼

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *