Le lundi dernier, Christophe Nangaa, Gouverneur de la province du Haut Uele a recemment publié la liste des membres de son gouvernement composé de dix ministres, et six commissaires. Dans cet exécutif provincial, on retrouve huit ministres FCC et deux de la coalition Lamuka. Il n’y a aucun membre de Cap pour le Changement dans cet gouvernement pourtant membre d’une même coalition avec le FCC.

Cette situation n’a pas laissé indifférente les représentants de cette plateforme politique.
Ils sont montés au créneau pour fustiger du fait de n’avoir pas été prise en compte dans le gouvernement provincial.

« Cet agissement de méfiance et de manque de considération jetant le discrédit et humiliation sur le CACH est de nature à détruire la coalition FCC-CACH.
Vu cet état de chose, le CACH rejette en bloc ce gouvernement fantoche, passible de toutes manipulations et le CACH s’arrange à mener une farouche opposition avec l’ensemble de la population
», dit la déclaration signée lundi dernier par le CACH Haut-Uele dont une copie nous est parvenue.

Par ailleurs, les délégués de CACH dans le Haut Uele ont demandé au président Félix Tshisekedi, président de la République, de se réserve le droit de tirer toutes les conséquences politiques y afférentes au regard des tenants et aboutissants de ce comportement qui selon eux, frisent le non respect de l’accord de coalition de gestion entre le FCC et CACH.

Notons que pareille situation s’est passée dans la province du Haut-Katanga où le Gouverneur Zoé Kabila a nommé seulement les membres du FCC dans son gouvernement. Idem aussi pour le Kasaï, la seule province dirigée par CACH où aucun membre du FCC n’a été nommé dans l’exécutif provincial.

Thierry Mfundu