Après avoir assisté à la création du Cardinal Fridolin Ambongo par le pape François à Rome, le président de la République Félix Tshisekedi s’est livré à un jeu de question-réponse au micron de Radio Vatican, pour évoquer notamment ses relations avec l’église catholique dont l’histoire récente a été marquée par la contestation de son élection dans le chef des hommes en soutane.

Pour Félix Tshisekedi, si à l’aube de ces élections présidentielle, législatives du 30 décembre 2018 il y a eu des tensions entre lui, son parti UDPS et les évêques de l’église catholique représentés notamment par la CENCO, “c’est plutôt à cause de la manipulation. Elle (l’église catholique) a été victime de la manipulation politicienne. Ç’arrive. Là où il y a des politiciens, il faut jamais exclure ce genre de chose“, a-t-il déclaré.

Malgré tout, cela n’a été une raison suffisante pour Félix Tshisekedi de “m’en prendre à l’église catholique. Ça aura été ingrat de ma part parce que l’église a un parcours qu’on connait, qui date déjà de l’époque du cardinal Malula qui s’opposait au méfait du régime d’antan (Mobutu), l’église catholique a toujours marché près du peuple et pour les intérêts du peuple. C’est vrai que par moment on a eu des incompréhensions mais dans l’ensemble la mission de l’église catholique est à louer et est à féliciter. J’entends d’ailleurs raffermir davantage les relations entre l’État et l’église catholique, chacun évidemment dans son champ d’action “, a affirmé le Chef de l’État.

Fidèle de l’église missionnaire Philadelphie de Kinshasa, le président de la République se dit avoir été marqué par l’église catholique dès son baptême à deux mois de son existence, mais aussi son entourage fortement ancré dans la pratique de la foi catholique.

“Je suis un enfant de l’église catholique. J’ai été baptisé à l’âge de deux mois. J’ai des membres de famille très proches qui ont fait des vœux : du côté paternel, j’ai un évêque comme oncle (Gérard Mulumba); du côté maternelle, ma mère avait deux sœurs qui étaient des religieuses très engagées, mes grands parents de deux côtés étaient très catholiques “, a-t-il affirmé.

De quoi expliquer peut-être pourquoi Félix Tshisekedi est devenu le premier président de la RDC à assister au cardinalat d’un évêque congolais catholique. En effet, après l’indépendance, l’église catholique qui a été des piliers du pouvoir colonial, entretien des relations en dents de cie avec les différents régimes à la tête de ce pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *