La cérémonie solennelle de signature d’actes d’engagement éthique par les membres du Gouvernement post alternance de Félix Tshisekedi a eu lieu ce mercredi 18 septembre au salon rouge de l’hôtel du gouvernement.

Organisée par Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Sylvetre Ilunga Ilunkamba, en collaboration avec l’observatoire de surveillance de la corruption et de l’éthique professionnelle (OSCEP), cette action s’inscrit dans la vision du Chef du de l’État Félix Antoine Tshisekedi qui met un accent particulier sur la gestion transparente et efficiente des finances publiques.

La bonne gouvernance et la lutte contre la corruption constituent son cheval de bataille au cours de la présente mandature. Une promesse faite à la population pendant la campagne électorale.

Le premier ministre Sylvestre Ilunga Ilunkamba fit le premier à signé l’acte d’engagement éthique. Il a été suivi par ses Vices premiers ministres: Gilbert Kankonde (intérieur), Celestin Tunda (Justice), Élysée Minembwe (Plan) et Mayo Mambeke (Budget) et Willy Ngopoos (ITPR).

Les ministres d’État, les ministres et Vice ministres ont clôturé la cérémonie.

Le premier ministre a appelé chaque ministre à respecter son acte d’engagement et à travailler pour le bien de la population.

Chaque ministre signataire a obtenu la copie de son acte d’engagement éthique signé avec la Copie du Code de conduite de l’Agent public en vigueur qu’ils sont appelés à afficher dans leurs bureaux.

Le premier ministre leur a demandé d’en assurer la vulgarisation auprès des services dépendants de leurs portefeuilles.

Il a précisé que cette démarche relève de la vision commune des deux autorités morales de la Coalition FCC-CACH, laquelle volonté commune a été traduite dans le programme du Gouvernement approuvé par l’Assemblée nationale.

” Tout cas de manquement de la part d’un membres du gouvernement fera l’objet de sanctions”, a-t-il prévenü

Il a aussi rappelé aux membres du Gouvernement l’obligation d’afficher un comportement exemplaire contre la corruption, la concussion, le népotisme et le trafic d’influence.

Quand au Directeur général de l’OSCEP, Augustin Mwendambali, a demandé aux membres du gouvernement de faire preuve de rigueur dans la gestion de la chose publique et de respecter scrupuleusement l’Acte d’engagement sous peine de sanctions.

” La nation a besoin des hommes d’État exemplaires et qui aiment leur pays”, a-t-il déclaré.

Thierry Mfundu