Au cours d’une interview accordée à la presse Belge, aussitôt arrivé à Bruxelles ce lundi 16 septembre pour sa première visite officielle en Europe, le président Félix Tshisekedi ,interrogé sur sa vision pour l’avenir du Congo, a indiqué qu’il rêve un Congo libre,pacifié et prospère. Il croit tout de même à un Congo où tous les congolais vivront dans des meilleures conditions.

Je rêve d’un Congo libre et pacifié, prospère évidemment, où les enfants du Congo vont à l’école dans de bonnes conditions, comme tous les enfants du monde où les parents ont un travail décent et un salaire qui leur permet de nouer les deux bouts. Je sais que les Congolais sont ingénieux, et qu’ils vont eux-mêmes améliorer leur environnement…

Pour le chef de l’État, les Congolais n’ont que le choix de se contenter des leurs ressources naturelles. “Ils doivent compter plus sur le sol et ses ressources que sur notre sous-sol, ce dernier est aussi est la cause de beaucoup de nos malheurs, car il a attiré beaucoup de convoitises y compris les plus cyniques.”

Par ailleurs, Félix Tshisekedi encourage le Congo à une diversification économique en plaçant un accent particulier sur l’agriculture , l’un des facteurs importants de développement et d’autosuffisance.

Si nous diversifions notre économie grâce à l’agriculture nous allons créer de l’emploi, atteindre l‘autosuffisance alimentaire et même pouvoir exporter… Côté emploi, les mines n’offrent pas beaucoup de possibilités… Nous devons aller vers la diversification de notre économie et sur le plan agricole, nous envisageons de créer des zones agro industrielles, de regrouper les paysans en coopératives, de leur donner les moyens nécessaires et d’améliorer les routes de desserte agricole, de créer de micro barrages afin de permettre l’industrialisation de notre agriculture.” a-t-il martelé.

Le fils de l’opposant aux régimes de Mobutu et Kabila a débarqué ce lundi 16 septembre à Belgique en tant que président de la RDC. Les coopérations bilatérales entre les deux pays, empêtrées par l’ex régime ,pourront voir des nouveaux jours.

Serge Sindani | Politico.cd