Contrairement à son Directeur de cabinet, le président Félix Tshisekedi a apporté son soutien à l’inspection de l’IGF. Dans un tweet, le porte-parole du Chef de l’Etat congolais annonce même une rencontre entre l’inspecteur qui se disait être menacé.

L’inspecteur en Chef de l’IGF [Inspection Générale des Finances] BATUBENGA, qui se sentait menacé, a longuement rencontré le Président. Soucieux de la sécurité d’un haut fonctionnaire de l’État, [le président Félix Tshisekedi] l’a entendu, rassuré, encouragé“, dit Kasongo Mwena dans un tweet dimanche.

Deux inspecteurs de l’IGF, dont Victor Batubenga ont été brièvement interpellés le 31 août dernier. L’inspecteur général a affirmé dit avoir été auditionné par les services du conseiller spécial en matière de sécurité, François Beya. Dans l’interview qu’il a accordée à RFI, il affirme qu’un des collaborateurs du conseiller spécial aurait formulé des menaces contre lui et sa famille.

Vital Kamerhe, Directeur de cabinet du Chef de l’Etat congolais, s’est farouchement opposé à ces enquêtes de l’IGF. A ses yeux, les enquêtes de l’IGF sont une “rébellion administrative !” “J’ai demandé la suspension de l’audit et a écrit en ce sens au ministère des Finances, parce que si l’ANR avait besoin d’éclaircissement, elle aurait dû les demander au ministère des Finances ou du Budget. L’IGF dépend de la présidence et l’ANR n’avait rien à lui demander à notre insu. C’est de la rébellion administrative ! Tout cela se résume à un petit complot inutile et mal monté‘, a-t-il déclaré dans une interview à Jeune Afrique.

4 comments

Comments are closed.