Le Chef de l’État Félix Tshisekedi s’est adressé à la nation ce dimanche 8 septembre 2019 pour rappeler les réalisations depuis son accession au pouvoir, dans le cadre du programme d’urgence des 100 jours qui a imprimé un rythme de changement en RDC. Ce message intervient 48 heures après l’investiture du gouvernement.

L’investiture du gouvernement Sylvestre Ilunga Ilunkamba n’est pas sans conséquence dans cette République où avec un gouvernement de Bruno Tshibala sortant, le président de la République Félix Tshisekedi et son cabinet ont semblé constituer un gouvernement parallèle. En clair, l’avènement d’un gouvernement post-doctoral dépouille Félix Tshisekedi d’une partie de son pouvoir qu’il a jusqu’ici utilisé.

Malgré les accords, les bonnes intentions, le président de la République ne cache pas sa méfiance vis-à-vis de son partenaire, le FCC de l’ancien président Joseph Kabila, quant à l’exécution et au succès de sa vision. De quoi rappeler d’abord cette vision qu’il a exécuté depuis quelques mois dans le cadre des 100 jours “avec les moyens de bord”. Une façon de mettre la pression sur ce gouvernement qui aura tout un budget, de faire mieux que ce programme de 100 jours.

Sachant que la bipolarité de la coalition FCC-CACH peut s’étendre au gouvernement qu’elle a produit, Félix Tshisekedi a dans son message, trouvé un seul maître à l’équipe Sylvestre Ilunga Ilunkamba : le peuple congolais qui ” attend le changement “.

“A ceux qui sont responsables de la gestion des affaires publiques, le premier signe visible du changement sera celui de votre comportement, de votre compétence dans la gestion de la mission qui vous est confiée par le peuple congolais. Nous sommes au service exclusif des congolaises et congolais. Sachons désormais travailler pour le changement de notre pays”, a-t-il martelé.

Un peu comme lors des longues négociations qui ont produit cette équipe, le président de la République entend compenser sa minorité au gouvernement Ilunkamba par la “majorité populaire” et imprimé ainsi sa ligne de conduite à l’exécutif national.

Quoi qu’il en soit, l’investiture du gouvernement Ilunkamba inaugure donc cette période pour le CACH et le FCC de prouver leur capacité à respecter leurs ententes et a créé une synergie à l’exécutif national, sans faire du mal à la population congolaise.