Des moyens financiers énormes ont été mobilisés par l’État pour les travaux de construction des sauts moutons. Sur plus de 400 millions de dollars américains ont été prévus pour finalistes les travaux, 306 millions ont déjà été mobilisés dont plus de 200 millions du trésor public, plus de 70 millions du Fonds de promotion de l’industrie (FPI) et plus d’une vingtaine des millions du Fonds national d’entretien routier (FONER). Est-il que les sauts mouton qui devaient être le fleuron de 100 jours du programme d’urgence du président de la République, sont devenus le cauchemar des automobilistes et des usagers de la route.

La circulation sur les boulevards du 30 juin, Lumumba et Libération ( Ex 24 Novembre) relèvent d’un vrai parcours de combattant notamment à des heures de pointe.

A ces embouteillages monstres, se mêlent des colonnes humaines épuisées qui arpentent Lumumba dans les deux sens sur fond d’un chaos indescriptible. Les observateurs avertis n’aperçoivent malheureusement pas sur place les signes évidents des grands travaux en cours hormis les toles ondulées peintes en bleu.
Il n’y a donc aucune vraie fourmilière humaine.

Pas un demi-millier d’ouvriers qui s’affairent dans ce chantier où devaient être exécutés des travaux d’une grande intensité. Ni pelleteuses et grues en action!
Pourtant le délai des travaux lancés le 15 mai dernier sur le Boulevard Lumumba n’est que de 4 mois.

A Pompage dans la commune de Ngaliema, la plate-forme du site est déjà aménagée et la fouille pour l’implantation des socles est en cours, mais rien de concret.

Cette situation a exaspéré le porte parole du Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, Kasongo Mwema Yamba Yamba est monté au créneau pour dénoncer la lenteur des travaux.

“Tôles bleues , pancartes et rarement un tracteur … les travaux de construction des sauts-de-moutons devant libérer Kinshasa de ses interminables embouteillages piétinent et perturbent la circulation dans plusieurs artères de la capitale,” a-t-il écrit sur son compte tweeter.

Ces travaux sont “devenus un cauchemar pour les automobilistes kinois”, s’est emporté le porte-parole du président de la République, Kasongo Mwema.
Face à ce qui semble un autre éléphant blanc à l’image du parc agro industriel de Bukanga Lonzo, il annonce une visite d’inspection du chef de l’Etat sur les différents chantiers.

“C’est décidé, semble – t- il. “Là où rien n’est fait, les tôles bleues seront démontées” et les sites seront “rouverts à la circulation”, a indiqué Kasongo Mwema Yamba Yamba. Et de poursuivre: “Mais les régies en charge de la construction de ces infrastructures passeront á la caisse, rembourser l’argent perçu.”

Une visite d’inspecteurs est aussi prévue pour évaluer techniquement les chantiers en cours. “Les intouchables, vous étiez prévenus (…) Allo ! Vous qui avez indûment perçu l’argent de l’État, attendez-vous à une petite visite de courtoisie des….inspecteurs. Oui, oui. Il y en a encore en RDC. Tokomesana.”, a-t-il conclu.

Thierry Mfundu

1 comment

  1. Ce n’est pas seulement un fiasco mais une déroute totale de la présidence de république, c’était une façon pour l’entourage du chef de l’État de se mettre pleine les poches. Un marché de gré a gré sans appel d’offre, des entreprises bidon qui sous traitent aves les entreprises publiques a bout de souffle ne possédant pas les matériels necessaires. Et si on suit la traçabilité des fonds on trouvera que une grande partie est partie sur des chemins inconnus.
    Tout grand projet exige d’abord une étude de faisabilité qui peut prendre quelques mois ou plus avant d’entamer sa réalisation mais dans le cas d’espèce les études se font tambour battant et sur quelques jours etc… Le président de la république doit comprendre que la corruption qu’il veut combattre se trouve devant sa porte cas dans son fameux cabinet, et si nous continuons ainsi la rdc va se déclarer en faillite.

Comments are closed.