Le président congolais Félix Tshisekedi souhaite rendre responsable l’opposition politique au parlement en lui conférant certaines responsabilités dans la gestion de la représentation nationale. « J’avais parlé à la présidente de l’assemblée nationale [Jeanine Mabunda ndlr], je souhaiterais qu’on confie la commission des finances, par exemple à l’opposition qui soit ce pendant qui va permettre au pays d’avancer. J’ai remarqué, en arrivant aux affaires, qu’à cause des comportements du régime contre lequel nous nous battions, nous n’avions pas été associés à la gestion du pays,” a déclaré le chef de l’Etat lors de son point de presse le mardi 02 juillet à Bunia en rapport avec l’association de l’opposition dans la gestion du pays.

Puis d’ajouter: “Regardez même dans le pays à tradition démocratique, le chef de l’Etat convie les leaders de l’opposition à une réflexion sur le pays.
C’est ce modèle-là que je veux imprimer ici chez nous, voir une opposition responsable, qui ne doit plus s’illustrer que dans la haine, dans les propos qui frisent l’injure, la diffamation mais plutôt aller dans la construction
“, a indiqué Félix Tshisekedi aux chevaliers de la plume reunis à Bunia.

C’est pourquoi il a déclaré avoir suggéré à Jeanine Mabunda, présidente de l’assemblée nationale de reserver la responsabilité de l’Ecofin de l’assemblée à l’opposition.

Ce qui n’a malheureusement pas été pris en compte par l’opposition parlementaire. Cette dernière a préféré boycotter les plénières pour montrer sa désapprobation du fait qu’elle n’a pas obtenu les deux postes demandés. Malgré la main tendue, Félix Tshisekedi pose un bémol tout de même: “l’opposition doit se formaliser en vue de mériter son accompagnement,” a-t-il indiqué.

Et de poursuivre: « Il y a une majorité qui s’est formée au parlement et qui va diriger le gouvernement. Il y a une opposition qui tarde à prendre forme mais qui prendra forme finalement parce que je compte vraiment les accompagner dans cet exercice, je tiens à avoir une vraie opposition, une opposition constructive qui va être le contrepoids du gouvernement».

Notons que dans plusieurs pays de tradition démocratique associent les opposants dans la gestion du pays comme au Kenya où Raila Odinga, le chef de l’opposition occupe plusieurs fonctions dont celle du médiateur et de représentant au niveau de l’Union africaine.

Thierry Mfundu

1 comment

  1. C’est l’amour du pays et la volonté de travailler bien pouqu’en fin les congolais retrouve la joie “merci son excellence monsieur le président pour tes idées”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *