Dans son dernier bulletin diffusé vendredi 24 mai, le Ministère de la santé de la Rdc a indiqué que les agents de santé locaux et les membres de la communauté qui coopèrent aux efforts de la riposte, sont de plus en plus ménacés par les groupes armés.

Le Ministère a fait savoir qu’entre le 01 août 2018 et le 20 mai 2019, il y a eu 132 attaques contre des formateurs sanitaires qui ont causé 4 morts et 38 blessés parmi les agents de santé.

Selon ce bulletin, plusieurs médecins et infirmiers des territoires de Beni et Lubero ont quitté temporairement leurs maisons et certaines structures sanitaires ont fermé. Les travaux ont été suspendus au centre de santé de référence de Kyakumba dans la zone de Kyondo.

Des menaces de groupes armés à l’encontre des équipes d’interventions ont empêché certains agents de santé de mettre des équipements de protection individuelle et d’effectuer des mesures préventives et de contrôle des infections par peur de violence qui leur est infligée dans leurs établissements.

Jeancy Ngampuru /Politico.cd