Une nouvelle enquête menée par The Sentry et publié le 22 mai à Washington révèle que des membres de la famille et des alliés de Joseph Kabila, l’ancien président de la République démocratique du Congo, ont tenté de prendre des participations dans trois banques distinctes, qui forment ensemble plus d’une banque.

Le rapport d’enquête publié aujourd’hui détaille les activités de Kwanza Capital, une société d’investissement secrète contrôlée par le frère de l’ancien président Francis Selemani Mtwale relève le document envoyé par mail à POLITICO.CD.

“L’enquête a permis de découvrir un réseau d’hommes d’affaires internationaux et de sociétés liées à Kwanza Capital, notamment un financier suisse-angolais, un conglomérat chinois et un avocat, membre du conseil d’administration et chef du siège français du cabinet d’avocats international Orrick” souligne l’enquête.

Le rapport, «La capitale secrète: la banque d’investissement secrète de la famille Kabila», qui fait suite à une série d’exposés sur les activités financières sombres des dirigeants corrompus et violents en Afrique centrale et orientale, est produit par The Sentry, une organisation d’investigation co-fondée par George Clooney et John Prendergast.

George Clooney, cofondateur de The Sentry, cité par l’enquête a déclaré: “Dans nos efforts continus pour détecter le blanchiment d’argent, notre rapport d’enquête révèle comment l’ancien président Joseph Kabila et sa famille ont cherché à infiltrer le système bancaire via Kwanza Capital et ont apparemment collecté des millions. Notre rapport identifie également les entreprises du monde entier qui ont cherché à en tirer profit”.

John Dell’Osso, enquêteur principal à The Sentry, a déclaré: “Kwanza Capital a critiqué le secteur bancaire et financier congolais avec une résistance apparente minimale des autorités mêmes chargées de protéger de tels abus. Pire encore, certaines de ces mêmes autorités ont apparemment bénéficié de ses opérations. Mais ce n’est pas une question purement congolaise, les entreprises du monde entier cherchant à tirer partie de la faiblesse de l’état de droit et de la corruption qui sévit” lit-on dans ce document.

John Prendergast, cofondateur de The Sentry et directeur fondateur d’Enough Project, a pour sa part déclaré: “Quelque chose ne va pas du tout lorsque les intérêts privés des dirigeants politiques congolais, des autorités de régulation et des entreprises internationales convergent de manière aussi transparente que ceux de Kwanza Capital. Les activités de Kwanza Capital montrent à quel point les kleptocrates congolais s’intéressaient peu à un système bancaire sain, transparent et bien gouverné. Les autorités réglementaires internationales et les banques devraient enquêter de toute urgence sur ces activités et sur d’autres cas de blanchiment d’argent potentiels“.

Fiston Mahamba (@FMLarousse) | POLITICO.CD