The Sentry révèle plusieurs indicateurs de blanchiment d’argent, des signes de certaines entreprises ayant reçu de dollars dans des fonds détournés.

Pour lutter contre le blanchiment, le département du Trésor américain et les services européens de renseignement financier, vont enquêter sur les relations bancaires décrites dans ce rapport lit-on.

Ces entités devront examiner la possibilité d’émettre des avis concernant la conduite antérieure de BGFIBank RDC et le risque global de blanchiment de capitaux présents dans le secteur bancaire congolais.

Les Etats-Unis et l’Union européenne devraient enquêter, imposer et appliquer des sanctions ciblées en vertu des autorités citées à l’encontre des membres du réseau de l’ancien président Joseph Kabila et d’autres personnes liées aux opérations décrites plaide ce rapport.

The Sentry recommande aux institutions financières américaines et internationales de recourrir à une gamme de mesures qui pourront améliorer la diligence raisonnable dans les transactions impliquant des sociétés congolaises et des personnes politiquement exposées, de prendre les mesures de suivi appropriées et de souligner le cas échéant de la correspondance bancaire congolaise.

Pour une série d’actions internes du gouvernement congolais et d’autres parténaires, The Sentry invite le gouvernement actuel au renforcement des capacités du service de renseignement financier du Congo, à l’enquête sur les malversations potentielles de la Banque Centrale du Congo et des entreprises de l’Etat, l’imposition de la déclaration de patrimoine public des représentants du gouvernement et au renforcement de la transparence des véritables propriétaires.

The Sentry a par ailleurs encouragé le gouvernement congolais et a demandé au Fonds Monétaires International (FMI) de redémarrer une facilité de crédit élargie au Congo-Kinshasa pour améliorer la transparence financière.

Jeancy Ngampuru | POLITICO.CD