“Moïse arrive” scande un homme décoré de la tête aux pieds aux couleurs du Tout-Puissant Mazembe dans le quartier Kamalondo. Ce samedi, le club de football phare de la ville va jouer contre celui de Kinshasa, le FC Renaissance. Mais les corbeaux, déjà champion de la Ligue 1 congolaise, n’ont pas que l’esprit au football.

Ils attendent, avec leurs supporters, le grand retour de leur “messie”, président de ce club important, l’opposant Moïse Katumbi. “Ça sera une grande journée, aujourd’hui c’est la répétition générale. Lundi, ils sauront comment nous allons faire trembler cette ville pour accueillir le Président“, explique cet homme fougueux au micro de POLITICO.CD.

Il y a trois ans, ces mêmes supporters s’étaient érigés en bouclier humain pour protéger Moïse Katumbi des forces policières de Joseph Kabila. L’opposant congolais finira par être exfiltré via un avion médicalisé en direction de Johannesburg en Afrique du Sud. Officiellement, il s’y rendait pour des soins médicaux, mais il ne reviendra jamais.

En août dernier, l’ex-gouverneur, fait roi de la ville, avait pourtant tenté de regagner le pays pour y déposer sa candidature à la Présidentielle du 30 décembre. Mais il se heurtera une fois de plus une opposition farouche du régime de Kabila, l’écartant complètement de la course.

Mais les choses ont changé. “C’est FATSHI qui dirige aujourd’hui, et personne ne peut rien faire à Moïse“, explique un autre supporter de Mazembe, également “membre” de la coalition Ensemble. C’est un sentiment propagé dans cette ville où Félix Tshisekedi, ancien opposant qui était jadis allié à Moïse Katumbi, est également plébiscité.

Un retour attendu et redouté

Mais le retour de Moïse Katumbi n’est pas qu’attendu ici à Lubumbashi. A Kinshasa, le camp du président Joseph Kabila surveille de près la situation. Au sein de la coalition du Front Commun pour le Congo (FCC), on craint que ce retour soit en réalité un renouement entre Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi.

“De nos informations, il est possible que Félix Tshisekedi et Moïse Katumbi tentent de trouver un accord pour nous mettre à mal. Il semble que ce retour précipite des départs au sein de la majorité parlementaire” explique un élu du FCC sous le sceau de l’anonymat.

Moïse Katumbi a nié tout contact avec Félix Tshisekedi. Mais il n’a pas manqué de rappeler que son combat contre le camp de Kabila continue. Par ailleurs, ce retour soudain et surtout les sorties du président du TP Mazembe ménageant Félix Tshisekedi accentuent de plus en plus l’idée même d’un “encerclement” de la coalition de Kabila.

En effet, outre ce retour, Jean-Pierre Bemba et Antipas Mbusa, qui sont dans la même coalition que Katumbi, ont également promis de regagner bientôt le pays. Il y a également Martin Fayulu qui continue certes de s’attaquer à Félix Tshisekedi, mais qui est déjà en tournée à travers le pays. Tous dénoncent encore plus Kabila que Tshisekedi.

A l’aéroport international de la LUANO, de l’autre côté de la ville, des délégations affluent. Certaines viennent de l’étranger, mais beaucoup viennent surtout de Kinshasa. Journalistes, élus et proches de la coalition Ensemble – qui est la principale force d’opposition au parlement avec pas moins de 60 députés – prennent d’assaut la ville cuprifère.

A la Kenya, populaire commune de Lubumbashi et bastion de l’opposition, les préparatifs progressent également et les rues deviennent de plus en plus effervescentes. Moïse Katumbi, qui y est adulé, est ainsi attendu, comme partout ailleurs, en sauveur; dans cette ville souvent en colère et largement opposée à l’ancien régime.

Le lundi 20 mai 2019 sera sans doute une date fatidique pour le début d’un nouvel épisode de la scène politique en RDC.

Depuis Lubumbashi,
Litsani Choukran, POLTICO.CD.