Mike Hammer, l’Ambassadeur des Etats-Unis en République démocratique du Congo affiche un soutien farouche au président Félix Tshisekedi, au point d’inquiéter l’opposition congolaise.

“C’est bon de permettre la liberté d’expression, mais on ne peut pas permettre l’expression qui encourage la violence”. C’est la phrase de trop, prononcée par l’Ambassadeur Mike Hammer qui met le feu au poudre en RDC. Il répondait à des confrères à l’occasion de la journée internationale pour la liberté de la presse; au sujet de l’opposant Martin Fayulu, convoqué par la justice congolaise pour des propos présumés de haine raciale.

Au pays, cette convocation de l’opposant Martin Fayulu, qui continue de clamer que c’est bel et bien lui le président élu, fait craindre un retour dans les années Kabila, où l’appareil judiciaire a souvent été utilisé pour broyer l’opposition politique.

L’ambassadeur américain de son côté, ne s’arrête pas seulement à embellir cet épisode. Dans une autre intervention le même jour auprès de nos confrères de B-One télévision, Mike Hammer a également tenu des propos dithyrambiques à l’endroit de Félix Tshisekedi.

Mais l’Américain n’a pas tenu que des propos élogieux. Quand il vient de parler sérieusement de l’implication des Etats-Unis en RDC, l’homme s’est fondu d’une déclaration également polémique. « Le grand problème qu’il y a au Congo c’est la corruption. Il n’y avait pas d’investissement américain dans ce pays parce qu’il y a de l’insécurité et de la corruption. La plupart des compagnies américaines sont sorties de la RDC à cause de la corruption » , avait-il confié.

Des propos qui ont soulevé un tollé notamment sur les réseaux sociaux.