Adolphe Muzito est  “complètement à côté de la plaque. Il refuse de regarder la réalité en face“, estime le député Claudel-André Lubaya, qui a répondu rapidement à l’ancien Premier ministre qui s’est attaqué aux cadres de la coalition de Moïse Katumbi qui ont préféré reconnaître l’élection de Félix Tshisekedi.

“Je comprends qu’Adolphe Muzito conçoive le pouvoir en terme de mangeoire et non en terme de service (…) J’ai un double mandat de député national et provincial. Et c’est ne pas une mangeoire, c’est un sacerdoce“, affirme le député congolais, joint au téléphone par POLITICO.CD.

Adolphe Muzito s’est violemment attaqué à des proches de Moïse Katumbi qui ont finalement “pris acte” de l’élection de Félix Tshisekedi que sa coalition de LAMUKA conteste, affirmant plutôt que c’est Martin Fayulu qui l’a emporté. “Ils vont à la mangeoire !“, lance-t-il dans cette interview publié le jeudi 31 janvier.

Parmi eux, deux avaient déjà abandonné leur groupe : Delly Sesanga et André-Claudel Lubaya, ” fait-il remarquer. “Ils savaient qu’ils ne pouvaient pas se faire élire chez eux sans soutenir le candidat de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), pour des raisons ethniques. Mais leur décision ne change rien“, ajoute-t-il.

Le député Lubaya se dit “attristé” par les propos de Muzito.  “Adolphe Muzito est un patriote républicain à qui incombe le devoir de préserver le pays de l’exacerbation de haine tribale. Son acharnement m’attriste et m’inquiète à juste titre. Je l’invite à transcender la rancoeur dans l’intérêt de notre vivre ensemble en tant que peuple“, a-t-il appelé.

Claudel-André Lubaya dément soutenir Félix Tshisekedi par visées étheniques. “S’il [Muzito] pense que le fait d’avoir soutenu Félix Tshisekedi, c’est un crime que j’ai commis, il peut s’assurer que je suis démocrate comme lui, je suis républicain comme lui, je suis progressiste et je suis universaliste. Je suis au dessus de toutes les considérations tribales, ethniques et tout ce qui est d’apparence”, dit-il.