C’est un véritable bras de fer qui se profile entre Kinshasa et l’Union Africaine. Alors que cette dernière a souvent soutenu le régime de Joseph Kabila, elle a pris une position plutôt inattendue le jeudi dernier, demandant à la Cour Constitutionnelle de suspendre l’annonce des résultats définitifs des élections en RDC.

Selon un communiqué publié à l’issue d’une importante réunion à huis clos entre des présidents africains à Addis-Abeba, l’UA a remis en cause la validité des résultats publiés le 10 janvier dernier et donnant l’opposant Félix Tshisekedi victorieux de la Présidentielle en RDC, alors que son rival, l’opposant Martin Fayulu estime être le vrai gagnant.

Les chefs d’État et de gouvernement présents à la réunion ont conclu à des doutes sérieux quant à la conformité des résultats provisoires proclamés par la Commission électorale nationale indépendante avec les suffrages exprimés“, affirme le communiqué sanctionnant cette réunion.

En conséquence, les chefs d’État et de gouvernement ont appelé à la suspension de la proclamation des résultats définitifs des élections“, ajoute-t-il.

Kinshasa a rejeté en bloc cette demande de suspension. « La Cour est indépendante, et de nous et de l’Union africaine », a déclaré à l’AFP Lambert Mende, qui ajoute : « Je ne pense pas qu’il appartienne au gouvernement ou même à l’Union africaine de dire à la Cour ce qu’elle doit faire. »

Selon nos informations, les juges de la Cour se préparent à rendre leur verdict “au plus tard dimanche”, bien avant l’arrivée de la délégation africaine prévue normalement pour le lundi.