Michael Pompeo, Secrétaire d’Etat des Etats-Unis est mis sous pression par le Congrès américain concernant la situation en République démocratique. Dans une lettre qui lui a été directement adressée en date du 15 janvier,  le Représentant Eliot L. Engel exige “des explications détaillées” sur les mesures mises en place par son collègue pour soutenir la démocratique en RDC.

Comme vous le savez peut-être, j’ai suivi de près les événements en République démocratique du Congo (RDC) pendant plusieurs années et j’ai eu le plaisir de visiter le pays avec la délégation bipartisane du Congrès en janvier 2016. C’est pourquoi je suis de plus en plus inquiet par ce qui semble être une tentative de la commission électorale congolaise, aux ordres du président Joseph Kabila, de subvertir la volonté de millions d’électeurs congolais“, dit le Eliot L. Engel.

Engel note que malgré la publications des résultats provisoires des élections Présidentielles et législatives du 30 décembre en RDC, la Commission électorale a “refusé de divulguer des données détaillées au niveau des centres de vote qui donneraient aux citoyens congolais la preuve que les suffrages exprimés pour leurs candidats préférés correspondaient aux résultats qui ont été rapportés

Avec l’investiture du vainqueur annoncé des élections présidentielles prévue plus tard ce mois-ci, il est essentiel de rendre compte des résultats de manière transparente le plus rapidement possible afin que ces résultats soient acceptés comme crédibles“, dit-il au Secrétaire d’Etat Pompeo

Dans votre réponse à cette lettre, je vous demande une explication détaillée de la manière dont le département d’Etat collabore avec d’autres membres de la communauté diplomatique pour faire en sorte que les résultats des élections soient confirmés de manière transparente et en conformité avec les lois et règlements congolais, afin que le nouveau président la confiance de la nation“, exige-t-il dans cette lettre traduite de l’anglais par POLITICO.CD.

L’opposant Félix Tshisekedi a été déclaré victorieux de la Présidentielle historique du 30 décembre en RDC. Selon les résultats provisoires publiés le 10 janvier par la Commission électorale, Tshisekedi a remporté la Présidentielle avec 38,57%. Il devance Martin Fayulu qui a recueilli 6.366.732, soit 34,83% et d’Emmanuel Shadary, le candidat du pouvoir, qui n’a recueilli que 4.357.359 soit 23,84%. Mais Fayulu, un des favoris de ces élections, conteste ces résultats. Jeudi, le candidat de la coalition LAMUKA a saisi la Cour Constitutionnelle pour faire annuler la victoire de son rival.

Adoptant une position réservée, le Département d’Etat américain a néanmoins appelé mercredi la Cour Constitutionnelle à “mettre en œuvre un processus légal, juste et transparent”, affirmant se “tenir”aux côtés du peuple de la RDC. A l’endroit de la CENI, le Département d’Etat appelle à “à veiller à ce que les résultats déclarés finaux reflètent la volonté du peuple congolais, exprimée dans l’urne le 30 décembre 2018″

Mais l’élu Engel, qui a adressé sa lettre avant ce communiqué, demande à son collègue américain “une explication détaillée des conséquences pour les représentants du gouvernement congolais qui entravent les droits démocratiques de leurs citoyens, ainsi que des implications de leurs actions sur l’engagement futur des États-Unis auprès du gouvernement congolais

“Entre-temps, j’espère aussi que le Département d’État fournira au Comité des mises à jour régulières pendant que nous attendons la confirmation des résultats des élections et l’investiture d’un nouveau président“, insiste-t-il avant d’ajoute:  “je m’attends à ce que les États-Unis n’abandonnent pas le désir du peuple congolais de démocratie et de stabilité en ce moment critique.”