Félix Tshisekedi est notre Président! Martin Fayulu peut être notre Héros!

Le monde nous regarde. Les Congolais aussi. Ce peuple, qui a payé de son sang pour arracher la tenue des élections le 30 décembre dernier, s’attend à ce que sa vie soit bien meilleure qu’elle était avant cette date. Les voix exprimées dans les urnes ont démontré que les Congolais veulent du changement. Ils ont sanctionné Kabila et son régime. Ils en veulent plus. La vérité est là.

Par ailleurs, à travers le monde, les grandes institutions et entreprises ont perdu foi au Congo. Principalement à cause de la crise politique, incarnée par la volonté de Kabila de se maintenir au pouvoir. Durant ses 18 ans au pouvoir, Joseph Kabila a épuisé tout son crédit. Cette situation, couplée à l’activisme farouche des opposants à travers le monde, et à la colère populaire, a créé une crise explosive autour du régime actuel en place. Le monde et les Congolais, au fil du temps, ne jurent que par le départ de Kabila comme gage de rétablissement des institutions en place. L’arrivé d’un autre homme à la tête du pays est donc le début de solution aux problèmes du Congo.

Le 30 décembre, malgré des couacs et une volonté avérée de Kabila de falsifier ces élections, il a été clair que le peuple et les forces sociales ont dit non. Joseph Kabila et son pouvoir ont été battus dans les urnes. Mais il serait naïf de croire que dans ce pays, où le pouvoir s’acquiert par les armes, que l’on peut simplement remporter une élection et chasser Kabila et ses cadres du pouvoir. Non, ils ne lâcheront pas. Il faut donc voir les choses de manière constructive et intelligente.

Félix Tshisekedi est notre Président!

A Kinshasa, le 10 janvier, Félix Tshisekedi a été déclaré victorieux de la Présidentielle à la surprise générale. Martin Fayulu, l’autre candidat des forces du changement, réfute cette victoire. Ses proches accusent Félix Tshisekedi d’avoir conclu un accord avec Kabila pour l’emporter. Mais les faits sont néanmoins clairs et il faut en tenir compte. Tout d’abord, Félix Tshisekedi était, jusqu’en août dernier, le principal opposant, aux côtés de Vital Kamerhe, à être le favori de cette présidentielle.

A cette époque, et jusqu’en novembre, nous rêvions tous de faire gagner ce fils du leader historique du combat pour la démocratie en RDC. Son père, Etienne Tshisekedi, a tant donné à cette nation. Il reste une icône que son fils incarne sans difficulté aujourd’hui. Seul le fiasco de Genève, lié aux calculs personnels des opposants, a créé la candidature de Martin Fayulu. Certes portée par une partie notre peuple, mais cette candidature, du moins du point de vue de la population, ne s’oppose pas à Félix Tshisekedi.

Par ailleurs, à Nairobi, grâce à l’altruisme de Vital Kamerhe, le fils de Tshisekedi et l’ancien speaker congolais ont conclu un important accord liant leurs deux coalitions. Selon un sondage publié en septembre, une alliance entre Vital Kamerhe, arrivé 3ème à la Présidentielle de 2011, et Félix Tshisekedi, à la tête du plus grand parti d’opposition en RDC, récolterait par moins de 60% du suffrage.

Eviter d’embraser la nation

Au pays, fatigués de Kabila, les Congolais accepteraient autant la victoire de Félix Tshisekedi que celle de Martin Fayulu. Ils s’opposent seulement à la victoire du candidat de Kabila qu’ils n’ont pas voté. Le monde, qui a tour à tour soutenu tous les leaders de l’opposition face à Kabila, n’hésitant pas à prendre des sanctions contre des proches du président congolais en exerçant une incroyable pression sur lui, ne refuserait pas que l’un des deux leaders majeurs de l’opposition soit bel et bien cette alternative tant réclamée.

A l’annonce des résultats, des milliers de personnes ont explosé de joie à travers le pays. Pour eux, c’était la vérité des urnes. Même dénoncée par une partie de notre peuple, cette victoire arrache quelque chose à Kabila. Sans toutefois le terrasser. Shadary est battu, quoi qu’il arrive, Kabila a fait marche en arrière. Mais à ce stade, il est étrange de constater qu’une partie de l’opposition et même l’église catholique s’obstine à vouloir faire gagner un candidat spécifique, au risque de briser la nation. Car autant nous pouvons prétendre que les partisans soutenant Fayulu sont prêts à se battre pour obtenir leur vérité des urnes, ceux de Félix Tshisekedi risque de faire de même, au risque plonger la nation dans une crise profonde.

Comme Fayulu, Tshisekedi a une base populaire, si pas plus, des partisans qui ne sauraient tolérer une annulation de sa victoire à la Présidentielle. De plus, pour la première fois dans ce pays, des opposants s’opposent à la victoire d’un autre opposant. Pour la population, Tshisekedi ou Fayulu, c’est pareil. Sommes-nous prêts à tout brûler pour que Martin Fayulu soit le prochain Président ?

Nous arrivons donc devant une situation où l’opposition congolaise et la Communauté internationale doivent se ressaisir. Félix Tshisekedi, même contesté, est au pire, le moindre mal qui offre à cette nation l’occasion de se restaurer et surtout d’éviter des bains de sang en cas de transfert de pouvoir. Lentement, Kabila est dos au mur, même avec Tshisekedi comme allié à la Présidence. Joseph Kabila aura cédé sa plus grande part. Avec le temps, les forces du changement peuvent lui arracher bien plus que ça. Et donc, si Fayulu et toutes les autres forces se ressaisissaient, ils pourraient permettre à Félix Tshisekedi de tenir les règnes du pays et faire face à Kabila, dans une cohabitation pacifique, capable de redonner confiance aux institutions financières mondiales et à la Communauté internationale pour revenir au Congo.

Fayulu est un héros

Félix Tshisekedi doit s’ouvrir à ses amis d’hier et aux forces du changement avec qui il a bataillé dur pour arriver ci-haut. Il ne doit pas sa victoire à Joseph Kabila. Non ! Il la doit à Martin Fayulu, à Jean-Pierre Bemba, à Moïse Katumbi et à tous ces mouvements citoyens et ces Congolais qui ont payé cher de cette lutte. Là où il est, le leader de l’UDPS doit faire le pas vers ces forces du changement pour encercler un pouvoir de Kabila déjà à terre.

Ceux qui soutiennent Martin Fayulu, qui n’ont pas démérité, sont appelés à adoucir leurs cœurs. La vérité des urnes tant réclamée ne peut être que deux, dans ce pays divisé. Ne faisons pas de la victoire d’un candidat spécifique le point de départ vers un enfer sans fin dans notre pays. Les leaders de LAMUKA, les partisans de LAMUKA, il est temps de tendre la main à Félix Tshisekedi. Il est notre Président. Construisons autour de lui et détruisons définitivement ce système Kabiliste sans avoir à embraser le pays. Martin Fayulu, en se sacrifiant, est notre Héros. Tout comme tous ceux qui l’ont soutenu tant dans les rues du pays, que depuis l’exile injuste qui leur est imposé.

Ensemble, dans une alliance sincère et viable, certes en sacrifiant nos ambitions et nos vérités respectives des urnes, LAMUKA, CACH, les mouvements citoyens, les Catholiques… nous tous, pouvons mettre en place un contre-pouvoir solide tant face à l’armée que face à l’ancien régime politique, qui mourra surement des changements et pressions à venir. Mais ceux-ci seront désormais faits de l’intérieur. Une occasion unique pour en finir avec Kabila, le prenant à son propre jeu.

Litsani Choukran.
Fondateur de POLITICO.CD.

Nous suivre

Recevoir nos articles par email

Ne manquez pas ceci

Les mauvais calculs de Joseph Kabila

Quitter la présidence mais conserver le pouvoir à travers une majorité écrasante au Parlement et des hommes placés un peu partout au sein du système politique et militaire. Telle est l’essentielle de la stratégie du désormais ex-président Joseph Kabila. Mais l’homme qui a régné 18 ans durant à la tête de la RDC a peut-être surestimé la fidélité de l’homme politique congolais. 

La CENCO reconnaît finalement Félix Tshisekedi “comme Président de la RDC”

rDans une interview accordée à la radio allemande Deutsche Welle, le deuxième…

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement.