Félix Tshisekedi, fils du leader historique d’opposition en RDC, est déclaré vainqueur de la Présidentielle du 30 décembre en RDC. Selon les chiffres communiqués par la CENI, il l’a emporté par 7.051.013 soit 38,57%. Il devance Martin Fayulu qui a recueilli 6.366.732, soit 34,83% et d’Emmanuel Shadary, le candidat du pouvoir, qui n’a recueilli que 4.357.359 soit 23,84%.

Mais ces résultats sont provisoires, ils sont soumis premièrement aux recours qui pourraient être introduits au niveau de la Cour Constitutionnelle. Cette dernière, largement acquise au pouvoir en place, a tout pouvoir, jusqu’à annuler les résultats de ces élections.

Par ailleurs, le camp de Martin Fayulu conteste ces résultats. “Mieux que quiconque, vous savez que cette proclamation est le fruit des résultats trafiqués, inventés, et fabriqués de toutes pièces dans les officines obscures du FCC [coalition au pouvoir]“, dénonce l’opposant Martin Fayulu qui a pris la parole juste après l’annonce de ces résultats à Kinshasa, laissant entendre qu’il pourrait saisir la Cour Constitutionnelle.

Même son de cloche du côté de la CENCO. L’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de cette puissante organisation des prêtres catholiques a affirmé au cours d’une conférence de presse à Kinshasa que les résultats publiés dans la nuit par la Commission électorale ne correspondent pas à ceux que disposent les évêques congolais. “La CENCO prend acte des résultats de la CENI, mais note qu’ils ne correspondent pas aux données en possession de l’Eglise“, a-t-il déclaré.

De son côté, la France a estimé jeudi que les résultats de la CENI n’étaient «pas conformes» et que l’opposant Martin Fayulu en était «a priori» le vainqueur. « Il semble bien que les résultats proclamés ne soient pas conformes aux résultats que l’on a pu constater ici ou là », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian sur la chaîne d’information CNEWS. «La conférence épiscopale du Congo a fait des vérifications, a annoncé des résultats qui étaient totalement différents», a-t-il ajouté.

Les prochaines vont être rudes pour Félix Tshisekedi qui est néanmoins en ballottage favorable. Dès l’annonce des résultats, la coalition au pouvoir a accepté sa victoire, promettant de travailler avec sa coalition du Cap pour le Changement. Par ailleurs, les deux camps ont également signé lundi à Kinshasa un accord de gouvernance commune.