Au centre de vote Bangbandi, dans commune de Mangobo, un groupe d’électeur d’une même famille ne retrouve pas leur noms sur la liste d’électeurs. La lettre K qui est leur initiale n’est pas répertorié sur les listes de tous les bureaux et pourtant ils ont bel et bien été enrôlé dans ce site.

Un membre de la société dénonce de son côté, le nombre impressionnants de témoins dans les bureaux de vote. Cette présence massive des délégués des candidats inquiète plus un observateur trouvé sur le lieu.

Il y a risque que la présence de ces témoins augmente de manière significative le nombre de vote par dérogation au profit des certains candidat ayant accrédité beaucoup de témoins“.

Au centre de vote du Collège Maele à Kisangani dans la commune de Makiso comme dans beaucoup’ d’autres centres, les discussions sont vivent entre les témoins et les agents de la CENI.

C’est le cas d’un des bureaux de vote situé au complexe scolaire Wina de la commune Tshopo. Le superviseur a du mal à maîtriser la foule. Il reconnaît avoir fait recours à l’armée pour tenter de faire face aux témoins qui veulent imposer leur loi en refusant de sortir du bureau de vote pour laisser place aux autres, surtout de l’opposition.

Dans ce bureau on retrouve la présence d’un policier et d’un élément de FARDC qui a été invité pour mettre de l’ordre. Mais sa présence est mal digérée par les électeurs qui le juge trop brutal.

Dans ce site, une machine à bloqué. La responsable de ce centre affirme que ce cas arrive de plus en plus dans certains bureaux.

Ernest Mukuli / Kisangani