Corneille Nangaa, président la Commission électorale, est entré en réunion avec des dirigeants de la mission d’observation de la SADC cet après-midi à Kinshasa. Selon nos sources, c’est une véritable négociation qui est en cours entre des représentants de l’opposition et ceux du pouvoir.

En face de Nangaa, Martin Fayulu et son directeur de campagne, Pierre Lumbi sont bel et bien présents au luxueux Fleuve Congo Hotel, à quelques mètres de la résidence officielle du président Kabila à Kinshasa. Il sont vite rejoints par Vital Kamerhe et François Muamba, qui représentent Félix Tshisekedi, qui n’a pas voulu venir. Le jeune Sénateur congolais Jean-Claude Mokeni représente la coalition au pouvoir aux côtés de quelques cadres du Front Commun pour le Congo.

Joint au téléphone par POLITICO.CD, l’Abbé Donatien Nshole explique que la SADC tente d’obtenir une attente autour de la publications des résultats.  “C’est dans la logique de la tenue des élections le dimanche. Il s’agit notamment d’échanger sur la meilleures possibilité pour la transmission des résultats pour qu’ils ne soient pas contestés. Nous échangeons dans ce cadre“, dit le Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) qui a reçu hier la même mission.

Mais les résultats seront le cadet des soucis si la Commission électorale n’était pas prête pour dimanche. A deux jours du scrutin tant attendu en République démocratique du Congo, environ 60% seulement du matériel électoral – y compris des feuilles pour récapituler le vote – ont été livrés aux bureaux de vote du pays, affirment  trois diplomates étrangers à Reuters sous le couvert de l’anonymat.