Le “Cap pour le changement” de Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe a rencontré la délégation des observateurs de la SADC avec qui ils ont eu un échange sur le processus électoral dont la tenue de la présidentielle et des législatives nationales et provinciales initialement prévues au 23 ont été reportées au 30 décembre 2018.

La déclaration finale de ces assises affirme que les participants ont “fait le tour du processus électoral : sécurité, accès équitable aux médias publics, respect de la date du 30 décembre, motifs de craintes d’un énième report, surveillance électorale“,

Occasion pour CACH de signifier clairement à la SADC, que le report de ces élections au 30 décembre par la CENI sera vraiment le dernier qu’il tolère. D’ailleurs même sans consigne particulière mot d’ordre, le peuple se soulever de lui même contre la confiscation du pouvoir par Kabila et son régime, ont précisé Félix Tshisekedi et Vitale Kamerhe.

La partie congolaise a fait état de la nécessité pour tous congolais toutes tendances confondues, pays voisins, de travailler en amont sur les probables causes du futur report où de la non tenue des élections le 30 décembre. Autrement, au lendemain soit des élections bâclées, soit de la non tenue de celles-ci, “on va se retrouver avec l’UA et la SADC entrain de chercher comment palier à la grande et grave crise post électorale qui pointe à l’horizon“, a prévenu CACH.