C’est en août dernier que la Commission électorale a définitivement bouclé la constitution des listes électorales. A cette époque, beaucoup de coalitions, notamment du côté de l’opposition, n’étaient pas encore formées. Vital Kamerhe qui s’est allié à Félix Tshisekedi avait son propre groupement “Alternance Vitale”, alors que l’UDPS et Alliés avait également le leur.

Si les deux n’ont pas eu de problème à concilier leurs candidatures aux législatives et aux provinciales, beaucoup d’autres ne pourront peut-être pas trouvé de solution. Ainsi, Tryphon Kin-kiey Mulumba qui officiellement rejoint Félix Tshisekedi le lundi, est toujours candidat député national n°28 et député provincial dans la liste de l’Alliance pour le Bâtisseur du Congo (ABCE), membre de la coalition au pouvoir.

Kin-kiey, candidat député du FCC

Selon les informations de POLITICO.CD, c’est le vendredi dernier que le Front Commun pour le Congo (FCC) a disponibilisé des fonds pour tous ses candidats à la députation. A ce niveau, Kin-kiey qui dirige toujours ses partis Kabila-Désir et Parti pour l’Action (PA), qui ont près de 60 candidats au sein de l’ABCE, a bel et bien reçu des fonds de ses candidats députés.

Chaque candidat a reçu pas moins de 400 USD comme financement. Et peu au KD [Kabila-Désir] ou au PA ont reçu leurs parts“, commente un candidat député d’une des formations de Kin-kiey, alors que l’ancien ministre adhérait au CHACH presqu’au même moment.

Dans un tweet du 10 août dernier, l’ancien ministre des PT-NTIC annonçait pourtant prendre conger de ses postes tant au sein de ses partis que celui du Vice-président du groupement ABCE. “Il reste jusqu’à ce jour leader effectif de ses partis“, contredit ce candidat député.

Une situation similaire, bien que différente, est observée du côté de la coalition de Moïse Katumbi. Jean-Bertrand Ewanga, Porte-parole de ENSEMBLE et Delly Sesanga, Secrétaire général, sont annoncés partants. Mais les deux ne peux pas officiellement quitté. Par ailleurs, alors plusieurs sources ont annoncé l’arrivée prochaine de Sesanga au sein de la coalition de Félix Tshiskedi, il semble plutôt que ce dernier tente une manoeuvre pour battre campagne dans sa circonscription, dominée par l’UDPS.

Les alliances politiques en RDC restent donc fragiles et nul doute qu’après les élections, d’autres coalitions se forment et beaucoup d’élus pourront changer de camp. Une situation qui laisse présager d’autres rebondissements et crises à venir.