Le nouvel archevêque de Kinshasa, Mgr Fridolin Ambongo, semble embrasser la position de l’UDPS sur la question de la machine à voter. Dans une interview vidéo diffusée notamment sur internet, l’homme qui a succédé au cardinal Laurent Monsengwo estime que le plus important est la tenue des élections.

La machine à voter n’est qu’un instrument, un outil pour accéder aux élections. La finalité, l’objectif, c’est ne pas la machine à voter. L’objectif c’est les élections. Et le CLC (..) travaille dans cet optique-là. S’il y a des questions autour de l’utilisation qui risquent de bloquer les élections, je crois que le CLC a le devoir de reconsidérer sa position“, dit-il dans cette interview avec la journaliste Rachel Kitsita.

Il ne faudrait pas que le moyen qu’on utilise puisse occulter l’objectif principal qui est l’alternance démocratique“, ajoute-t-il.

La question de la machine à voter continue de diviser la classe politique, mais également l’opposition congolaise. Le principal parti de l’opposition, l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS), a estimé que le rejet de la machine ne doit être un obstacle pour la tenue des élections le 23 décembre. Une position rejetée par les autres ténors de l’opposition.