C’est à l’issue d’une cérémonie ce jeudi à Kinshasa que Mgr Fridolin Ambongo, actuel vice-président de la Cenco (Conférence épiscopale nationale du Congo) a succédé officiellement au Cardinal Laurent Monwengwo Pesinya au poste stratégique de l’Archevêque de Kinshasa.

Le cardinal Monsengwo, qui a été admis en retraite par le Pape François, reste cependant Cardinal du Congo.  Agé de 58 ans,  Mgr Fridolin Ambongo a été promis à ce poste depuis sa nomination en février dernier comme coadjuteur du cardinal Monsengwo.

Farouches anti-Kabila

Laurent Monsengwo comme son successeur Fridolin Ambongo sont des farouches prêtres engagés contre le pouvoir de Kinshasa. Ce dernier s’est en effet illustré par des prises de position interpellant le pouvoir  face à la moindre tentative de dévier de la Constitution ou pour le bien-être des Congolais, s’attirant en retour les attaques du régime.

Ordonné prêtre en 1988, Mgr Fridolin Ambongo est issu de l’Ordre des Frères Mineurs Capucins (des Franciscains). En 2004, il a été nommé évêque de Bokungu-Ikela, dans la province de l’Equateur (dans l’ouest de la RDC) où il est d’ailleurs né le 4 janvier 1960 à Boto.

Il a passé une bonne partie de ses études dans la même province, dont celles de philosophie au séminaire de Bwamanda et de théologie à l’Institut Saint-Eugène de Mazeno.

Il a gravi tous les échelons de sa congrégation jusqu’à devenir le président national de l’Assemblée des Supérieurs majeurs (Asuma) et du district des Frères mineurs capucins en Afrique (Concau).

En 2008, il a été nommé administrateur apostolique du diocèse de Kole au centre de la RDC, puis président de la Commission épiscopale ‘Justice et Paix’ et administrateur apostolique de Mbandaka-Bikoro, avant d’être nommé archevêque du même archidiocèse le 12 novembre 2016.

Avec Agences.