C’est sur fond de polémique et comparaison avec la marche de l’opposition hier que le meeting du pouvoir a vibré au Stade Tata Raphaël (50 000 places), dans la capitale congolaise. Sans véritable programme, la coalition au pouvoir a surtout tenu à exhibé ses muscles à moins de deux mois des élections.

Le ministre José Makila et le Premier ministre Bruno Tshibala ont joué les modérateurs du jour en présentant à des milliers des partisans le candidat du pouvoir à la prochaine Présidentielle. Pour le FFC, les élections du 23 décembre ne saurait être repoussées. “Vous avez démontré à la face du monde que vous êtes derrière moi, vous êtes derrière le FCC“, a déclaré Emmanuel Ramazani Shadary, visiblement ému. « Nous ne sommes pas venu en campagne. C’était juste pour me présenter à vous”, a-t-il ajouté.

Le candidat du FCC s’est par ailleurs attaqué aux opposants congolais qui fustigent la machine à voter qui est au coeur d’un bras de fer entre la Commission électorale et l’opposition, appelant la population à soutenir l’usage de ces outils.  “La semaine prochaine nous allons vous communiquer notre projet de société ainsi que notre équipe de campagne. Notre campagne sera républicaine. Nous mettrons Dieu au centre de toute chose et nous allons gagner », a-t-il dit.