Intervenant par visioconférence depuis Kinshasa devant le Conseil de sécurité, Leila Zerrougui, la Représentante spéciale du Secrétaire général et Cheffe de la MONUSCO en République démocratique du Congo (RDC), a déclaré qu’à deux mois et demi de la tenue des élections présidentielles, législatives et provinciales, le processus électoral évolue conformément au calendrier électoral.

Mme Zerrougui a également salué « la posture constructive » des acteurs politiques de tous les bords qui ont de manière très constante démontré leur engagement continu dans le processus électoral, y compris en acceptant les décisions de la Cour constitutionnelle ayant abouti à l’invalidation de candidats de l’opposition politique.
« Il est donc essentiel que les protagonistes congolais parviennent à un consensus sur ces questions afin de ne pas compromettre l’acceptation des résultats des scrutins », a-t-elle dit, indiquant qu’elle poursuivrait ses bons offices à cette fin.

La Représentante spéciale a également déclaré que dans le cadre de la mise en œuvre de l’Accord du 31 décembre 2016, également connu sous le nom d’Accord de la Saint-Sylvestre, une réunion publique a pu être organisée à Kinshasa le 29 septembre dernier par les partis de l’opposition, sans encombre ni incident majeur. Une autre est prévue le 13 octobre prochain à Lubumbashi, dans la province du Haut-Katanga.

« Il s’agit là de signes encourageants », s’est-elle félicitée, assurant qu’elle allait, sur cette question aussi, continuer sa mission de bons offices afin de contribuer à créer un environnement propice à une campagne électorale apaisée et à l’échange d’opinions.

À deux mois et demi des élections, l’opposition en RDC dresse pourtant un autre bilan à Kinshasa. Durant leur meeting du 29 septembre, ils ont posé de préalables pour leur participation à ces élections, rejetant notamment l’usage des machines à voter, ou encore du fichier électoral jugé “corrompu”.

Également par visioconférence depuis Addis-Abeba, en Éthiopie, l’Envoyé spécial pour le suivi de la mise en œuvre de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération en République démocratique du Congo et dans la région, M. Saïd Djinnit, a fait part du même constat, relevant dans son rapport que « des progrès réguliers ont été accomplis dans la mise en œuvre du calendrier électoral », avec la publication de la liste définitive des 21 candidats à l’élection présidentielle, 15 355 aux législatives nationales et 19 640 aux élections provinciales.