L’UE a imposé des sanctions à Emmanuel Ramazani Shadary et à 15 autres personnes pour violation des droits de l’homme et d’ingérence dans le processus électoral en RDC.  Elle doit se prononcer sur le renouvellement de ces sanctions le 12 décembre. L’élection présidentielle en RDC aura lieu le 23 décembre.

Le candidat du pouvoir était ministre de l’Intérieur lors de la répression violente de militants de l’opposition qui manifestaient contre le refus du président Kabila de se retirer lorsque son second mandat a pris fin en décembre 2016.

Dans une série de lettres adressées au Conseil de l’Union européenne du 10 au 28 septembre, des avocats représentant 15 des responsables sous sanctions ont déclaré que la décision de Kabila de ne pas briguer un troisième mandat en août avait rendu les sanctions factices et les avait appelées ” ingérence flagrante “dans le processus électoral.

En maintenant des mesures restrictives à l’encontre de M. Ramazani Shadary, candidat à l’élection présidentielle, le Conseil s’est autorisé à prendre position dans le débat démocratique interne au Congo“, ont écrit les avocats, cités par Reuters vendredi.

Le renouvellement nécessite un vote unanime des États membres de l’UE, dont certains ont été réticents dans le passé à imposer des sanctions. Le gouvernement congolais déclare que les sanctions sont injustifiées et illégales – une position soutenue par l’Union africaine.

L’un des avocats, Thierry Bontinck, a déclaré à Reuters qu’il avait contesté devant le Tribunal général basé au Luxembourg, au deuxième rang européen, les 15 fonctionnaires congolais.  Parmi eux figurent le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, le chef des services de renseignements, Kalev Mutond, et l’inspecteur général de l’armée, John Numbi.

Un fonctionnaire de l’UE qui a requis l’anonymat a déclaré que le Conseil ne pouvait pas se prononcer sur les correspondances avec des personnes, mais qu’il examinait toujours avec soin les objections aux sanctions.

La décision de Kabila de ne pas se présenter en décembre a ouvert la voie à ce qui pourrait être la première transition démocratique du Congo après des décennies marquées par un régime autocratique, des coups d’État et des rébellions.

Ses opposants, cependant, doutent que le vote soit libre et juste, en particulier après l’interdiction de plusieurs principaux candidats de l’opposition.

Avec Reuters.