Visite sous tension d’une délégation du Conseil de sécurité de l’ONU à Kinshasa

La porte-parole de la MONUSCO, Florence Marchal a confirmé l’information ce mercredi. “Il est fréquent que le Conseil de sécurité se rende dans des pays dans lesquels il y a des opérations de maintien de la paix dans la mesure où c’est le même Conseil de sécurité qui adopte les résolutions qui guident le travail des opérations de maintien de la paix”, a-t-il dit. 

La mission que l’on affirme être prévue de longue date, intervient néanmoins après une énième sortie du président Joseph Kabila appelant à “départ effectif” de la mission de l’ONU en RDC, dont la présence de plus de 20 ans est largement décriée pour inefficacité.  « Vingt ans après le déploiement des forces onusiennes dans mon pays et en raison de leurs résultats largement mitigés au plan opérationnel, mon gouvernement réitère son exigence du début effectif et substantiel du retrait de cette force multilatérale », a-t-il dit.

Par ailleurs, les relations restent tendues entre la Monusco et le pouvoir à Kinshasa. Selon Radio France Internationale, l’arrivée d’armement à destination du nouveau bataillon indonésien dit « de déploiement rapide » a été bloquée par les autorités administratives à Kinshasa. “Toujours selon ces sources onusiennes, Kinshasa serait même allé jusqu’à menacer de bloquer l’arrivée de toute la logistique à l’attention de tous les nouveaux contingents de la Monusco“, affirment nos confrères.

Au cours de son séjour en RDC, cette délégation va rencontrer les parties prenantes au processus électoral, alors que son mandat actuel a été placé sous l’application de l’accord signé le 31 décembre 2016 et la tenue des élections démocratiques en RDC. «Le conseil de sécurité va rencontrer les autorités congolaises, toutes les parties prenantes au processus électoral, la société civile. Ces membres viennent à la fois pour recueillir les informations, pour se rendre compte de la situation. Ils vont aussi délivrer les messages, mais ce n’est pas à moi de vous donner les massages qu’ils vont délivrer. Mais c’est sûr que la question électorale figurera parmi les points importants qu’ils vont aborder lors de cette visite», a indiqué Florence Marchal.

A l’issue de son séjour en RDC, cette délégation du Conseil de sécurité, conduite par l’ambassadeur de France à l’ONU va rédiger une série de résolutions en rapport avec l’évolution de la situation en RDC à l’approche des élections du 23 décembre 2018.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Le Rassemblement au pied du mur: la restructuration boudée

Plusieurs voix s’élèvent au sein de cette coalition pour fustiger la restructuration proposée par une aille proche de Moïse Katumbi.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.

L’UDPS va enterrer, de force, Tshisekedi à Limete: “les travaux commencent la semaine prochaine”

En réaction au refus du gouvernement d’autoriser l’inhumation d’Étienne Tshisekedi dans une “zone urbaine habitée”, son parti annonce qu’il va passer outre cette mesure et enterrer son leader dans la commune de Limete.

Non, l’ambassadeur de l’UE en RDC ne prépare pas un coup d’Etat!

Après la tenue en Europe d’une conférence entre les mouvements citoyens appelant…