“Dieu a repris”: le PPRD annonce que les deux communiqués de Shadary sont des faux!

Le deux communiqués du candidat du Front Commun pour le Congo (FCC) à la prochaine Présidentielle, relayés depuis le 23 septembre sur internet, ne sont pas de vrais, affirme une autre correspondance cette fois de la Cellule de communication du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD) adressée à la rédaction de POLITICO.CD.

La cellule de communication de l’honorable Emmanuel RAMAZANI SHADARY dément formellement l’authenticité de ces deux messages de condoléances adressés à la population martyre de la ville de BENI,  victime des actes inhumains perpétrés par des hors la loi dont le mode opératoire terroriste frappe l’imaginaire collectif“, affirme ce nouveau communiqué signé par le Conseiller en communication du PPRD, Louis d’Or Balekelayi.

Il fait mention au communiqué publié 23 septembre, où le Secrétaire Permanent du PPRD a, au nom de la coalition politique du Front Commun pour le Congo (FCC), adressé ses condoléances “les plus attristées aux familles biologiques des illustres disparus“,  avec “l’assurance de toute ma compassion“, avant d’ajouter: “Dieu a donné, Dieu a repris, Que son nom soit glorifié, puisse les âmes de nos compatriotes reposer en paix “. Une phrase qui a suscité des vives critiques sur internet notamment.

Au lendemain, un autre communiqué avait été publié où les termes faisant polémique ont été systématiquement retirés. Les deux ont certes également été publiés via le compte Twitter de M.Shadary, qui a été supprimé depuis ce matin.

Cependant, M. Balekelayi fait savoir que “qu’en date du 24 septembre 2018, l’Honorable Emmanuel RAMAZANI SHADARY a quitté Kinshasa (…) pour une mission de prise de contact à l’extérieur sur le continent africain“.

Curieusement et aussi scandaleux que cela puisse paraître, c’est en dates du 26 et 27 septembre 2018, soit 48 heures plus tard que les deux messages de condoléances à la population de BENI lui ont été faussement attribués par des personnes zélées qui se sont donné le luxe d’apposer au bas desdits messages, un cachet signature au bic bleu alors que de coutume l’honorable Emmanuel RAMAZANI SHADARY signe ses correspondances au bic vert. Ce, pendant que son conseiller en communication se trouvait en mission officielle à BUTA dans la Province du Bas-Uelé“, se dédouane-t-il également.

Par ailleurs, plusieurs arrestations sont annoncées. “Alors que la polémique, les critiques précoces inondaient les réseaux sociaux, les services d’intelligence alertés ont réussi à remonter la filière de ce réseau mafieux dont le cerveau moteur BIKOKO Alias MAKOSO et trois de ses disciples, Jean Mukuna, Ricky SOMWE et Albert SEFU ont été appréhendés et mis en garde à vue pour raisons d’enquête le vendredi 28 septembre 2018“, note le communiqué.

Recevoir nos publications par email

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières publications de politique directement dans votre email.

Ne manquez pas ceci

Lamuka appelle finalement à voter avec la machine!

Changement majeur dans la stratégie de la coalition LAMUKA. Après avoir appelé à empêcher le vote avec les machines le 23 décembre prochain, Olivier Kamitatu veut que les partisans de Martin Fayulu aillent voter simplement. 

RDC: Une réunion tripartite d’urgence entre CACH, FCC et LAMUKA à Kinshasa

La délégation de la Communauté des Etats d’Afrique australe (SADC) à Kinshasa vient de convoquer une réunion d’urgence dans la capitale congolaise réunissant les principaux protagonistes des élections, apprend POLITICO.CD. 

Yoweri Museveni envoie un message spécial à Joseph Kabila après son tête-à-tête avec Félix Tshisekedi

Près de deux semaines après avoir reçu le leader du principal parti de l’opposition en RDC, le président ougandais Yoweri Museveni a envoyé un “message spécial” au président Joseph Kabila.

RDC: Guerre entre Kinshasa, Washington et la CPI autour du verdict final de Bemba

Kinshasa affronte les Etats-Unis et des proches de l’opposant Jean-Pierre Bemba qu’il accuse de mettre la pression sur la Cour Pénale Internationale (CPI), alors que le verdict final est attendu pour demain.