Photo d'archives.

Alors que les rélations entre Kinshasa et Bruxelles sont au point mort depuis plusieurs mois, le président Joseph Kabila a surpris le chef de la diplomatie belge durant la semaine à New York, à l’apostrophant amicalement dans un couloir de l’ONU.

“Didier! Comment-vas-tu?”, a lâché le président Kabila à l’intention de M. Reynders.   “C’était totalement imprévu, on s’est croisé dans un couloir et on s’est parlé”, confiera à son tour Didier Reynders à l’issue de ce bref échange resté toutefois secret.

Le président Kabila et le ministre belge participaient alors à  l’ouverture de la 73e assemblée générale de l’ONU. Cependant, c’est la toute première conversation entre les deux hommes depuis un long moment. Didier Reynders est en effet devenu Persona non grata à Kinshasa, à la suite de son rapprochement avec l’opposition congolaise.

En novembre dernier, le vice-Premier ministre belge s’est vu d’abord refusé de visa à Kinshasa, avant que la RDC ne change d’avis. Une fois dans la capitale congolaise, Reynders ne sera pas reçu officiellement, et l’inauguration de la nouvelle ambassade belge qui suivra ne connaîtra la présence d’aucun officiel congolais, mais seulement des manifestants qui réclamaient alors à Reynders la dépouille de Lumumba.

Dans la foulée cette rencontre informelle à New York, la Presse belge annonce une probable rencontre entre le Premier ministre belge Charles Michel et le Président Joseph Kabila.  “Nous essayons de parler à tout le monde, c’est nécessaire, c’est la raison même de l’existence de l’ONU”, à confié M. Reynders à ce sujet à l’Echos.be.