A moins de trois mois du vote, le processus électoral en RDC est toujours décrié par une large partie de l’opposition qui a vu notamment plusieurs de ses leaders être exclus. Une lecture partagée également par les catholiques du pays. Dans un communiqué rendu public le 24 septembre, le Comité Laïc qui coordonne le mouvement des catholiques en RDC a une fois de plus haussé le ton.

Cette structure met entre autres le gouvernement congolais et le président Joseph Kabila en garde, les appelant à  faire preuve “de sursaut patriotique” en “libérant réellement le processus électoral à cette étape ultime, par la mise en oeuvre non biaisée et sans failles, des mesures de décrispation politique, tel que prévu par l’Accord de la Saint-Sylvestre.”

La confiscation des médias publics au profit du pouvoir en place et la réduction des libertés publiques par des interdictions, ainsi que des répressions des marches pacifiques et des manifestations publiques de l’opposition et de la société civile, sont devenues plus qu’insupportables“, dénonce le CLC dans son communiqué consulté par POLITICO.CD. 

Le CLC appelle par ailleurs à la libération des prisonniers d’opinion, notamment des membres des mouvements citoyens. “Dans ce cadre, le CLC exige la libération immédiate et sans conditions des membres des mouvements citoyens incarcérés suite à l’expression de leur liberté de manifester contre l’usage de la machine à voter.